« Better Call Saul » d'AMC : chaque sleazeball a une histoire à raconter


Bob Odenkirk dans le rôle de Saul Goodman - faites-en Jimmy McGill - dans Better Call Saul, le nouveau prequel d'AMC Breaking Bad. (Ursula Coyote/AMC)

Les préquelles sont une proposition à prendre ou à laisser. Les fans baveux qui insistent presque sur les histoires d'origine et les voyages rétrospectifs dans la chair à canon et les notes de bas de page de leurs franchises de personnages préférés seront à peu près toujours d'humeur pour une préquelle, une suite, une retombée, une ramification - tout ce qui équivaut à Suite.

Le reste d'entre nous, qui sommes peut-être encore fiers d'une approche plus pondérée et sceptique de notre consommation de culture pop, doit être courtisé à chaque fois. Pour nous, si une préquelle, une suite ou un spin-off d'une émission de télévision ou d'un film n'est pas à la hauteur du matériel original, alors nous pouvons facilement l'ignorer.

Qu'ils aient été contraints par les dirigeants du réseau ou courtisés par leur propre succès ou qu'ils aient simplement souhaité approfondir l'histoire de leur série à succès Breaking Bad (je suppose que c'est une combinaison des trois), Vince Gilligan et Peter Gould ont livré la marchandise : Better Call Saul, présenté en avant-première dimanche sur AMC, est un digne compagnon de Breaking Bad, bien qu'il soit différent de quelques manières subtiles, quoique notables.



Se concentrant sur le personnage de Breaking Bad élu le plus susceptible de réussir avec une trame de fond, Better Call Saul parle de la vie et des mésaventures d'un malheureux avocat d'Albuquerque qui deviendra finalement le bien plus louche Saul Goodman que nous connaissons et aimons. Le plus surprenant peut-être dans le premier épisode est la découverte que Saul lui-même est une identité inventée.

Vers 2002 — six ans avant le début des événements de Breaking Bad — Saul est un certain James M. McGill, Esq. (Bob Odenkirk), qui gagne sa vie en ramassant des affaires de défense publique excédentaires sur une base ad hoc au palais de justice d'Albuquerque, pour lequel il est payé 700 $ la pièce. Le Jimmy que nous rencontrons ici ne possède qu'une fraction de l'expertise fanfaronne et du monde souterrain qui a rendu Saul si précieux pour Walter White. Il se débrouille avec sa bouche, mais cela ne le mène pas très loin.

Jimmy tient un bureau et vit à l'arrière d'un salon de manucure vietnamien. Il conduit une Suzuki Esteem délabrée, dans laquelle, en quittant le parking du palais de justice chaque jour, il lui manque toujours un dollar ou deux pour payer les frais. Chaque fois qu'il se retrouve dans une impasse (qui rappelle ces vieux dessins animés de chien de berger/coyote de Warner Bros.) avec le préposé au stand, que les fans de Breaking Bad reconnaîtront volontiers comme Mike Ehrmantraut (Jonathan Banks), le fixateur aux nerfs d'acier qui a travaillé pour le baron de la drogue Gus Fring. Au fur et à mesure que les épisodes se déroulent, nous découvrirons que Mike est plus qu'un simple caméo ici.

Tout fan de Breaking Bad qui se targue de petits détails (ou même d'un soupçon de liens entre cette histoire et la série originale) constatera que ces compétences se transfèrent assez bien; dans le même temps, les téléspectateurs occasionnels de Breaking Bad n'ont pas besoin de s'inscrire à un cours de recyclage. Et pour les gens qui n'ont jamais regardé Breaking Bad, vous êtes seul, comme d'habitude. Je suppose que l'histoire ne sera pas difficile à suivre, mais ce qui vous manquera peut-être, c'est une appréciation des boucles nécessaires et des tendances sinueuses qui forment un récit de style Breaking Bad.

La fin du premier épisode porte ses fruits avec un autre caméo de l'ancienne série, qui déclenche une chaîne d'événements qui familiarisera Jimmy avec les limites extérieures de la défense pénale à laquelle Saul finit par devenir si adroit. Mais, en discutant avec des journalistes le mois dernier lors de la tournée de presse hivernale de la Television Critics Association, Gilligan et Gould ont déclaré qu'ils espéraient que Better Call Saul ne se transformerait pas en une chasse aux œufs de Pâques pour les fans de Breaking Bad.

Les téléspectateurs doivent s'attendre à ce que l'histoire de Saul ne préfigure celle de Walter White que de la manière la plus périphérique. Les camées seront réduits au minimum et uniquement au service de l'arc général de Better Call Saul. Le personnage de Breaking Bad d'Aaron Paul, Jesse Pinkman, serait encore au collège en 2002, supposa Gilligan, alors comptez-le de côté – à ce stade. Et ne vous attendez pas à voir Bryan Cranston dans le rôle de Walter.

Parce que, vraiment, c'est le moment pour Odenkirk de briller - et il le fait, en particulier dans les scènes où Jimmy doit sortir de situations désespérées, que ce soit dans la salle d'audience ou ligoté et bâillonné dans le désert en attendant la torture ou pire aux mains de certains nouvelles connaissances.

Richard Bull cause de la mort

Au moment où le ruban adhésif est arraché de la bouche de Jimmy, dans le deuxième épisode de lundi soir (qui sera diffusé dans le créneau horaire régulier de la série), Odenkirk se lance dans une symphonie maniaque de BS verbal, un monologue philosophique qui touche à la nature de la vengeance. Dans un montage ultérieur de Jimmy au travail sur plusieurs affaires judiciaires, Better Call Saul laisse entendre qu'il peut être tout aussi enchanteur que son prédécesseur.

Et parce qu'il s'agit d'un personnage que nous connaissons déjà (ou pensons connaître), Better Call Saul peut tirer parti de certaines des bizarreries de la marque Gilligan et de la société. Il peut – et fait – sauter dans la chronologie. Les scènes en noir et blanc qui ouvrent l'épisode 1 se déroulent dans une tristesse post-Breaking Bad, rappelant rapidement les couleurs et la lumière vibrantes et désertiques d'Albuquerque minable – qui est censé être le passé. Le troisième épisode revient encore un instant plus loin, à ce qui semble être les années 1980. Dans l'ensemble, le spectacle semble plus expérimental et absurde, peut-être même plus ludique que Breaking Bad.


Bob Odenkirk et Michael McKean, qui incarne Chuck, le frère enfermé de Jimmy/Saul, dans Better Call Saul. (Ursula Coyote/AMC)
Jonathan Banks (dans la cabine) reprend son rôle de Breaking Bad en tant que Mike Ehrmantraut dans Better Call Saul. (Ursula Coyote/AMC)

La navigation n'est pas du tout fluide. Dans trois épisodes, la seule faiblesse de la série réside dans les personnages secondaires, dont Michael McKean en tant que frère de Jimmy, Chuck. Il est associé dans un grand cabinet d'avocats, mais il vit maintenant comme un enfermé, consumé par une phobie de l'électricité, s'enveloppant dans un film protecteur.

Jimmy est après que le partenaire de Chuck (Patrick Fabian) a craché un règlement important pour la part de son frère dans le cabinet d'avocats; Jimmy a également une histoire intéressante avec un autre des avocats du cabinet (Rhea Seehorn). Et en ce qui concerne les vatos effrayants (que serait Better Call Saul sans au moins un ?), Michael Mando ( Orphelin noir ) se présente sous le nom de Nacho Varga, avec une soif familière d'entrepreneuriat criminel qui parle aux instincts les plus sombres de Jimmy. Pourtant, il est difficile pour Better Call Saul de nous intéresser à quelqu'un d'autre qu'Odenkirk, qui possède, et même parfois submerge, chaque scène dans laquelle il se trouve.

Regarder Better Call Saul trouver son chemin rappelle cette première saison de Breaking Bad, quand presque personne ne regardait et ceux d'entre nous qui regardaient ne pouvaient pas tout à fait le comprendre. Cela peut expliquer pourquoi AMC a déjà commandé une deuxième saison, laissant à la série beaucoup de place pour s'étirer. Nous ne partons pas de la base ici, mais il y a un fort sentiment dans Better Call Saul que la remontée de la mesa va être un voyage compliqué.

Tu ferais mieux d'appeler Saul (une heure) premières dimanche à 22 h. sur AMC. Le deuxième épisode sera diffusé dans la tranche horaire habituelle de l'émission, lundi à 22 heures.