Art pour les messes

PENDANT UN TEMPS l'été dernier, un livre d'art - Frank Frazetta: Book Two (Peacock / Bantam, 7,95 $) - planait juste en dessous de la liste des best-sellers de poche. Mettant en vedette des œuvres purement figuratives - des scènes fantastiques. fiction, avec des héros musclés ou des héroïnes sculpturales - son orientation différait considérablement du livre d'art moyen à couverture rigide, qui traite généralement de matériel d'intérêt plus restreint et coûte cinq à dix fois plus, parfois même plus. Mais son volume inhabituel de ventes était une indication de la solidité de l'établissement des livres d'art sur le marché du livre de poche.

La plupart des paperbanks d'art populaires s'adressent à un lectorat qui n'est pas principalement orienté vers l'art. Certains titres de la série Peacock, développés pour Bantam par Ian Ballantine et dont le prix se situe généralement entre 5,95 $ et 6,95 $, indiquent le sujet, ce que les critiques pourraient appeler le contenu « anecdotique » de la peinture, est une considération primordiale : les peintures marines de Carl G. Evers ; L'art occidental d'Harold Von Schmidt ; Les peintures d'Alaska de Fred Machetanz ; Les peintures extérieures de RObert K. abette ; L'art de l'aviation de Frank Wootton ; Grandes peintures de chemin de fer. Le contenu de ces collections est techniquement expert et bien reproduit, mais ils s'adressent principalement aux personnes intéressées par les navires, les cow-boys, les locomotives, etc., et non aux connaisseurs d'art.

Un choix de contenu un peu plus esthétique peut être trouvé dans un autre type de livre d'art populaire parerback qui a prospéré ces dernières années - le livre au format affiche dont le contenu est clairement conçu pour offrir à l'acheteur la possibilité de découper les pages et de ou en les collant à un mur. Le grand nom dans ce domaine est Neen Phaidon, dont les « Giant Art Paperbacks » (au prix traditionnel de 7,95 $ mais plus élevé dans les titres récents) comportent environ 100 reproductions grand format (11 1/2 x 16) - quelques dessins mais surtout des peintures imprimées en couleur. Les titres typiques sont Rubens et Les Impressionnistes, tous deux sélectionnés et brièvement commentés par Keith Roberts, le texte étant soigneusement séparé des images pour permettre l'utilisation de ces dernières comme décorations murales.



Les ajouts récents à la liste ont été un peu plus aventureux - par exemple, Naive Art, sélectionné et présenté par Boris Kelemen et au prix de 8,95 $, une collection saisissante et superbement produite qui devrait être vue par quiconque s'intéresse aux styles primitifs contemporains. L'omission de la petite page du fait que tous les artistes naïfs représentés se trouvent être des Yougoslaves relativement inconnus dans ce pays peut être une indication de la tentative d'orienter le livre vers un lectorat de masse ; le connaisseur bondit avec empressement vers l'inconnu et le nouveau dans l'art, tandis que l'acheteur de masse a tendance à s'en tenir à ce qui est familier et sûr, le classif certifié. Mais ça ne fait rien; il y a une fraîcheur de vision dans ces pages qui transcende les frontières et mérite une large appréciation.

Dans la même série, Arms and the Artist, sélectionné et présenté par Denis THomas (phaidon, 8,95 $) examine les réactions des artistes face aux horreurs de l'été de la Renaissance à nos jours, avec des photographies et des affiches. The Pioneers, sélectionné et présenté par Joseph Czestochowki (Phaidon, 8,95 $) donne la plus grande partie de son espace à l'art du Far West assez standard, mais présente quelques nouveautés intéressantes près de son début et de sa fin chronologiques, y compris une peinture figurative (enfin, une sorte de représentation) de Jackson Pollock, vers l'ouest.

Le même format de format d'affiche est adopté par plusieurs autres éditeurs pour les livres récents dont le sujet principal est, de manière appropriée, les affiches. 100 ans d'affiches aux Folies Bergère et aux Music Halls de Paris, édité par Alain Weill (Images Graphiques, 8,95 $) remonte à l'époque où les Folies Bergère ressemblaient plus à un cirque qu'à une boîte de nuit moderne (oui, avec des éléphants et des trapèzes - au moins sur les affiches) et suit les tendances jusqu'au présent plus charnel. Cocteau et, bien sûr, Toulouse-Lautrec sont parmi les artistes inclus. Le Milton Glaser Poster Book (Harmony, 5,95 $) est un hommage approprié à un artiste qui a extraordinairement bien réussi à lier les valeurs de l'art à celles du commerce.

Deux livres de poche intéressants et techniquement impressionnants sont également dédiés aux affiches, mais dans un format un peu plus petit : Art Nouveau Posters & Gtraphics, de ROger Sainton (Rizzoli, 7,95 $) et London Transport Posters, de Michael F. Levey ; introduction par ROy Strong (Phaidon/London Transport, 6,95 $). Le livre Rizzoli explore en détail un style particulier - fortement orienté vers les affiches et l'illustration de livres - tandis que la collection Phaidon retrace l'évolution des styles dans les affiches commandées par une agence de la période avant la Première Guerre mondiale à nos jours. Les fonctions purement utilitaires du métro posteris se fondent d'une manière étonnamment harmonieuse avec les valeurs plus esthétiques, dans une collection qui a une qualité purement artistique et est en grande partie un hymne aux attractions de Londres et de la campagne britannique. Les affiches de transport, couvrant plus de 60 ans (bien que, pour une raison quelconque, avec relativement peu de matériel des années 30) changent également de style dans un art plus «sérieux» (cubisme, abstraction, collage, une excellente parodie de Picasso) ainsi comme charme pictural et humour démotique occasionnel.

Moins réussies en tant qu'art mais indéniablement fortes en impact sont deux collections orientées vers la science-fiction : Science Fiction et Horror Movie Posters in Full Color, éditées par Alan Adler (Douvres, 6 $) et Science FictionArt, compilées et présentées par Brian Aldiss (Bounty, 9 $ !.95). Le quotient de schlock est élevé dans les deux collections, mais considérablement plus élevé dans l'Adler, ce qui reflète fidèlement le sensationnalisme effrayant qui a été l'approche traditionnelle d'Hollywood de la science-fiction. La collection Aldiss, incontournable pour les inconditionnels de la SF, s'attache à retracer l'histoire du genre jusqu'au XIXe siècle et étudie le traitement diversifié de divers thèmes (vaisseaux spatiaux, futures villes, femmes, formes de vie extraterrestres) dans un style divertissant et informatif.

Le meilleur des livres d'art SF de l'année est The Art of Science Fiction, de Frank Kelly Freas, introduit par Isaac Asimov (Donning, 253 West Bute St., Norflok, Va.23510, 7,95 $). Avec 35 planches en couleurs et quelques dessins de l'un des leaders incontestés de l'illustration de science-fiction, le livre contient un peu d'autobiographie, une discussion sur les problèmes particuliers, les thèmes et les techniques de l'art SF et quelques auto-examen et explication : « les vieux maîtres se seraient moqués de l'idée de l'art pour l'art » - et c'est ce qu'ils ont fait.

Dans une colonne ultérieure, nous examinerons quelques livres de poche d'art récents d'intérêt pour ceux qui se préoccupent des écoles, des questions de technique et de l'œuvre ou des artistes individuels.