Le « Livre de Mormon » restaure la foi dans les comédies musicales

Ne croyez pas ce qu'ils disent. L'argent peut acheter le bonheur.

C'est à vous pour le prix d'un billet pour Le Livre de Mormon . Et si vous en possédez déjà un, alors vous avez judicieusement obtenu un siège dans la cabine de délire de première classe.

L'idée originale, vous avez peut-être entendu, des provocateurs de South Park Trey Parker et Matt Stone et le co-conspirateur d'Avenue Q Robert Lopez, Le Livre de Mormon se sent aussi frais et vif et incandescent au Kennedy Center Opera House qu'il y a deux ans quand il a fait ses débuts à Broadway. Cette sortir lui a valu une flopée de Tonys, parmi lesquels les statuettes de la meilleure comédie musicale, direction, partition et livre.



Le casting de tournée, dirigé par Mark Evans dans le rôle de Elder Price, le jeune missionnaire effronté avec un ego aussi vaste qu'un chœur du tabernacle, et Christopher John O'Neill jouant Elder Cunningham, le roi de tous les temps des inadaptés sous-performants, fait cette torréfaction irrévérencieuse de vaches sacrées fières. Et avec le superbe soutien de Samantha Marie Ware, en tant qu'ougandaise rosée avec des visions de Salt Lake City dansant dans la tête, et de Gray Henson, dépeignant un croyant mormon jaillissant du placard, l'équipe de farces s'avère être absolument la première chaîne.

Vous ne rirez pas seulement; vous serez également émerveillé par l'habileté avec laquelle ce spectacle est construit. Oui, les railleries descendent jusqu'aux mineurs, et les blagues au détriment de la religion, du sida et de la pauvreté du tiers-monde peuvent vous obliger à vous demander comment ce joli couple plus âgé au bout de votre allée se livre à tous les blasphèmes apparemment blasphématoires. Mais la chose surprenante à propos du Livre de Mormon est que malgré tout son fanfaronnade nihiliste, c'est une comédie musicale avec une âme.

Mark Evans lors de la première tournée nationale du Livre de Mormon. (Jean Marcus)

Il est également aussi solidement assemblé que n'importe laquelle de ces comédies musicales hermétiques d'antan, celles auxquelles Parker, Stone et Lopez rendent hommage dans leur partition mélodieuse. Le numéro hilarant de l'Acte II, Joseph Smith American Moses, interprété par les villageois ougandais nouvellement balayés par l'histoire du mormonisme, a une dette évidente envers The King and I de Rodgers et Hammerstein et sa réinterprétation siamoise de Harriet Beecher Stowe, dans The Small House de l'oncle Thomas. D'autres chiffres de production pointus, tels que Spooky Mormon Hell Dream et le pamphlet totalement inspiré du déni psychologique, Turn It Off, pourraient provenir du livre de jeu de Mel Brooks.

Ils ont tous été emballés avec une attention optimale à l'élan. Jetez un coup d'œil à votre montre au début de la chanson d'ouverture, Hello, un hymne charmant et flétri pour faire du porte-à-porte, car ce sera la dernière fois que vous vous en souviendrez. L'acte I passe à bout de souffle d'une chanson intelligente à l'autre et à l'autre, sous la direction de Parker et du chorégraphe et co-réalisateur Casey Nicholaw.

La présomption thématique sous-jacente de la comédie musicale est que les histoires de la Bible ne sont pas censées être prises à la lettre. Cela pourrait jouer comme un sarcastique élitiste et irritant – si tout n’était pas présenté avec un sens de l’amusement aussi enveloppant. Le spectacle entrecoupe dans l'excellente aventure africaine des aînés Price et Cunningham plusieurs dramatisations ironiques de l'histoire de Joseph Smith, fondateur au XIXe siècle du mouvement des saints des derniers jours. Vous riez, en partie parce que la narration a ça Hé, attendez une minute ! qualité, le genre qui vous est peut-être venu à l'esprit à l'école du dimanche, en écoutant des histoires de miracles qui devaient être acceptés par la foi.

J'adore toutes ces histoires mormones ! déclare un villageois. Ils sont tellement bizarres ! Certes, Elder Cunningham, un mormon sans lien de dépendance avec la vérité, a tendance à ajouter des Ewoks et des vaisseaux spatiaux aux histoires qu'il raconte pour le village, et ce sont ces embellissements qui séduisent les villageois. Les épisodes ne semblent pas destinés à ébranler la foi de qui que ce soit. Ils concentrent une lentille comique caustique sur les manières étranges dont le spirituel est parfois traduit en imagerie digeste. Pour souligner ce point, il y a un moment merveilleux vers la fin du spectacle, quand l'un des villageois ougandais révèle à quel point ils ont été moins que crédules depuis le début.

Le poids émotionnel de The Book of Mormon est porté par la relation entre le condescendant Price - l'équivalent missionnaire d'une méchante fille - et le désespérément nécessiteux Cunningham. Ils sont la réponse de Mormon à Abbott et Costello, et ils doivent nous sembler aussi attachants car ils sont abrasifs les uns pour les autres. Avec sa beauté maigre et épurée et sa danse athlétique, Evans est un splendide héritier du rôle du formidable Andrew Rannells de Broadway. Comme Rannells, Evans est capable de transmettre la confiance en soi messianique de frère Price comme un attribut positif, et son interprétation de ce qui pourrait être la meilleure chanson de Mormon, I Believe, communique le sens inestimable de l'ironie du nombre.

Essayer de reproduire ce que le grand clown Josh Gad a réalisé à Broadway serait idiot. (Comme Rannells, Gad s'est fait voler le Tony.) Ainsi, O'Neill prend le personnage de Elder Cunningham dans une direction légèrement moins farfelue, et cela rapporte du côté plus doux de la comédie musicale. Tournoyant comme un lézard de salon moitié de sa taille, O'Neill fait preuve d'un sens du spectacle surprenant dans la finale de l'Acte I, Man Up, et son duo avec Nabulungi de Ware dans la chanson à double sens de l'Acte II, Baptize Me, est doucement persuasif.

Richard Bull cause de la mort

Dans l'alliance évolutive des personnages, Evans et O'Neill parviennent à forger une amitié touchante. La façon dont ils scellent un lien donne à Mormon le cœur qu'il recherche admirablement.

Ware est une présence séduisante dans la poignante Sal Tlay Ka Siti : elle rêve d'un paradis dans l'Utah, où il y a une Croix-Rouge à chaque coin de rue/Avec toute la farine que vous pouvez manger. Et l'ensemble des villageois ougandais, agréablement dirigé par Mafala Hatimbi de Kevin Mambo, apporte à tout moment de l'astuce à la satire. (Le rendu du designer Scott Pask de leur misère d'une village est, pour le moins, une révélation.)

Le Livre de Mormon fait preuve d'une étrange fixation avec Le Roi Lion, une blague qu'il exagère. Mais vraiment, il est vain de chipoter avec un morceau de ce calibre divertissant. C'est le genre de soirée qui redonne foi. Dans les comédies musicales.

Le Livre de Mormon

Livre, musique et paroles de Trey Parker, Robert Lopez et Matt Stone. Réalisé par Casey Nicholaw et Parker. Chorégraphie, Nicholaw; décors, Scott Pask; costumes, Ann Roth; éclairage, Brian MacDevitt; le son, Brian Ronan; supervision musicale et arrangements vocaux, Stephen Oremus. Avec Derrick Williams, Mike McGowan. Environ 2 heures 20 minutes. Jusqu'au 18 août au Kennedy Center. Visitez www.kennedy-center.org ou appelez le 202-467-4600.