Dessiner les démons

MICHELLE REMEMBERS est le journal d'une psychoanalyse de 14 mois d'une femme de 27 ans. Michelle Smith, sortie de l'hôpital après une fausse couche, cherche au plus profond de sa psyché l'explication de son anxiété extrême et revit, avec le soutien constant du Dr Lawrence Pazder, une horrible séquence d'expériences apparemment rappelées de sa vie 22 ans plus tôt ; elle adopte au cours de ces souvenirs le comportement et la voix d'une fillette de 5 ans. Les souvenirs de Michelle sont des atrocités horribles qu'elle a subies aux mains d'un groupe de satanistes maniaques, qui l'ont utilisée dans leurs rituels, dont l'un est conçu pour invoquer la présence de Satan, du Christ et de sa mère. Parce que la patiente et son médecin interprètent ces événements comme une mystérieuse lutte subconsciente entre les forces surhumaines du bien et du mal, et parce qu'ils y voient une signification poignante, ils présentent leurs découvertes à leur évêque et à un cardinal à Rome, qui étudient le cas. . Smith et Pazder ont maintenant publié l'histoire de sa bataille.

Bien que précieux en tant que documentaire, comme l'était The Exorcist de William Blatty, Michelle Remembers est plus subjectif et plus lent. Le drame de sa lutte est très profond, mais l'histoire n'est pas aussi dramatique que l'était le livre de Blatty. Il ne se prêterait pas, par exemple, à l'écran comme l'exorciste l'a fait ; une présentation visuelle des rêveries de Michelle serait aussi sensationnellement sordide que Les Diables de Loudon d'Aldous Huxley. Il manque l'humanité - et le pathétique - du travail de Blatty sur un thème similaire car, bien que les personnages impliqués puissent être réels, l'histoire semble nous transporter dans un monde irréel de l'esprit et de la fiction plutôt que dans celui des personnages avec lesquels nous peut faire preuve d'empathie.

rien à voir ici livre

Peut-être que la principale raison pour laquelle le lecteur se demande s'il est dans un monde de fantaisie ou de réalité est que les événements traitent du monde imaginaire de la magie noire, qui implique néanmoins de vraies personnes. Dans The Black Arts, Richard Cavendish donne un bon aperçu psychologique :



«La magie noire est enracinée dans les niveaux les plus sombres de l'esprit, et c'est une grande partie de son attrait, mais c'est bien plus qu'un produit de l'amour du mal ou d'un penchant pour le mystérieux charabia. C'est une tentative titanesque d'exalter la stature de l'homme, de remettre l'homme à la place que la pensée religieuse réserve à Dieu. Malgré ses crudités et ses misères, cela lui donne une certaine magnificence.

D'après mon expérience, il existe deux types distinctement différents de satanisme dans le monde aujourd'hui, l'un relativement bénin et l'autre totalement malin. Une fois, j'ai eu une correspondance avec l'un des « prélats » de l'Église de Satan, Anton Szander La Vey. De ses lettres, il ressort que sa forme de satanisme n'est qu'une autre forme d'hédonisme. Puisque l'homme doit satisfaire ses instincts naturels, cette pensée va, et Dieu et la religion ont été utilisés comme véhicules de répression dans la société, Satan est symboliquement adoré comme le l'antithèse de Dieu et de la religion, représentant la satisfaction en toute impunité de nos désirs et passions naturels. La sorte malveillante de satanisme abordée dans Michelle Remebers, d'autre part, est la magie noire et vénère l'esprit pur, Satan, pour le pouvoir et le plaisir qu'il peut offrir dans cette vie.

Sans aucun doute, la question à laquelle la plupart des lecteurs voudront répondre est de savoir s'il existe des forces personnifiées du mal - un diable et des démons. Il semble assez clair que les auteurs espèrent apporter des preuves confirmant l'existence de telles forces personnelles. L'incertitude entourant le souvenir de Michell, cependant, obscurcit l'intensité de la preuve. On peut se demander si Michelle revit son propre passé - qu'elle a en fait été utilisée dans des rituels sataniques à l'âge de cinq ans - ou si elle a lu sur le satanisme et la sorcellerie et fabrique maintenant une histoire plutôt invraisemblable afin de satisfaire certains insatisfaits. besoins et désirs. Peut-être, d'un point de vue psychologique, il existe des preuves pour soutenir la réalité de son expérience. Au cours d'une séance, Michelle dit au Dr Pazder qu'elle est terrifiée par ses visions et dit : « Si vous ne me croyiez pas, je serais fou. Le Dr Pazder répond qu'il la croit et ajoute à l'appui de sa croyance :

« Vous décrivez [vos expériences] avec ce que nous appelons une mémoire visuellement eidétique. Vous semblez voir les choses que vous décrivez, en détail. Je t'entends décrire ce que tu vois, et je ne l'entends pas comme une hallucination. C'est trop organisé. Trop long terme. Il s'intègre trop bien dans le modèle de votre vie. Vous n'avez jamais été psychotique. Vous n'êtes pas dans l'illusion -- vous ne croyez pas que tout cela se passe ici et maintenant. Vous y faites des allers-retours. Il ne vous saisit pas de façon inattendue. Vous avez du mal à travailler avec ce dont vous vous souvenez. C'est très différent d'une personne qui délire.

Selon que votre vision de l'existence humaine est religieuse ou positiviste, vous verrez les faits de différentes manières. Si c'est le premier, vous verrez une confrontation directe des pouvoirs du bien et du mal sur le champ de bataille d'une âme individuelle. Si c'est ce dernier, vous tenterez de déchiffrer les efforts sournois de la psyché pour se protéger d'un déséquilibre destructeur en pénétrant dans les profondeurs troubles et parfois insondables de l'âme. On peut se demander si ces différences de vision seront - ou pourront - être résolues, du moins dans cette vie.

soldats de la fanfare de l'armée du jah

Une chose dont je peux témoigner est que les atrocités associées à peut-être le plus infâme praticien moderne du satanisme, La Voisin (Catherine Deshayes), en France à la fin du 17ème siècle, ne sont pas des anomalies dans le monde moderne. En raison de mon travail dans le domaine de la démonologie, j'ai été appelé par des escouades des mœurs et d'autres organismes chargés de l'application des lois pour aider à expliquer certaines circonstances inhabituelles impliquant des profanations rituelles apparentes. Des réunions de covens de sorcières, des sacrifices humains et animaux et des orgies sexuelles, ainsi que des messes noires et d'autres rituels sataniques, sont connus pour se produire dans notre monde occidental moderne. Il est intéressant de noter que, dans la tradition satanique, Victoria, en Colombie-Britannique, où se trouve Michelle Remembers, est un centre important de l'Église de Satan. Il n'est pas impossible que Michelle ait été victime d'atrocités il y a 22 ans.