Les prévisions d'automne

Dans une saison qui semble assez crépiter avec la perspective du changement, je me retrouve à feuilleter les annonces des éditeurs à la recherche de noms familiers et de maîtres établis. Non pas qu'il n'y ait pas de preuve de réelle promesse dans le nouveau ces jours-ci. Je ne me souviens pas d'une époque où l'édition était aussi peuplée de premiers romans et de jeunes perspectives qu'au printemps et à l'été de cette année millénaire. Des visages frais viennent de chaque étagère. Mais maintenant, comme pour prouver que les pendules oscillent - que si les mois chauds trottent les ingénues, les froids honoreront ceux qui ont fait leurs preuves - nous avons devant nous des œuvres d'écrivains connus : de grands romans de noms vénérables et des ouvrages de non-fiction dans une variété de de disciplines.

Sur cette page se trouve une courte liste des travaux que j'attends avec une grande impatience – « les choix de l'éditeur », si vous voulez. Le mot anticipation est clé ici, puisque ces livres (à quelques exceptions près) n'ont pas encore été examinés dans Book World. Augury est toujours un travail périlleux pour un éditeur de livre - un ou deux titres que j'attendais le plus la saison dernière étaient malheureusement décevants. Mais ma boule de cristal peut prédire une chose avec un certain degré de précision : au moins certaines d'entre elles sont très susceptibles de durer. Plus loin dans ce numéro de Book World, des pages 4 à 10, je liste les titres qui se démarquent dans la grande ruée des publications à venir. Les livres cités sans un mois de publication sont publiés en septembre.

Lecteurs, réparez vos canapés. C'est une chute pour les livres. Voici les « choix de l'éditeur » :



fiction

L'assassin aveugle, par Margaret Atwood (Doubleday). Une valeur sûre. La semaine dernière, sur ces pages, Michael Dirda a qualifié ce roman de ' grande narration à grande échelle '. Atwood, auteur de The Handmaid's Tale, couvre plus de cent ans d'histoire canadienne à travers les hauts et les bas de la fortune d'une famille.

Quand nous étions orphelins, de Kazuo Ishiguro (Knopf). Encore un vote facile. Juste en face, à la page 2, Jonathan Yardley passe en revue ce roman de l'auteur du subtil et pénétrant Remains of the Day.

Les aventures étonnantes de Kavalier & Clay, par Michael Chabon (Random House). Voici une grande épopée américaine sur l'âge d'or de la bande dessinée et deux garçons inadaptés qui rêvent de super-héros dans le Brooklyn post-dépression. Chabon, auteur de Mysteries of Pittsburgh et Wonder Boys, puise son inspiration dans les 16 ans désormais oubliés qui ont inventé Superman.

Les moyens d'évasion, par Penelope Fitzgerald (Houghton, oct.). Mordamment drôle, moralement astucieux, l'auteur primé de l'incomparable Fleur bleue propose un recueil posthume d'histoires qui sondent les absurdités sans fin du cœur humain.

Tous les noms, par Jose Saramago (Harcourt, oct.). Le lauréat du prix Nobel (Cécité, Baltasar et Blimunda) raconte l'histoire d'un célibataire d'âge moyen qui tombe sur l'acte de naissance d'une mystérieuse jeune femme et tombe ainsi dans son propre profond désir d'amour.

Les années avec Laura Diaz, de Carlos Fuentes (Farrar Straus Giroux, oct.). Le maître mexicain, auteur de La mort d'Artemio Cruz, revient avec une autre histoire de la révolution tumultueuse de son pays, cette fois du point de vue d'une femme courageuse et passionnée qui s'oppose aux forces sombres et corrompues de la politique mexicaine.

Too Far Afield, par Gunter Grass (Harcourt, nov.). Le mur de Berlin est tombé et deux vieillards parcourent l'ex-République en essayant de s'accrocher au passé. Entre les mains de Grass (un autre lauréat du prix Nobel), plein d'esprit et érudit, l'histoire promet d'explorer ce que signifie être allemand.

uvres non fictionnelles

Cherry, par Mary Karr (Viking, oct.). La suite du Liar's Club d'une franchise effrayante; la poétesse Karr nous raconte une adolescence tumultueuse dans un Texas macho, son éveil sexuel et ses voyages cahoteux à la recherche de l'amour.

Joe Di Maggio, de Richard Ben Cramer (S&S, oct.). Y a-t-il quelqu'un de plus énigmatique, de plus compliqué, de plus américain que Di Maggio ? Ben Cramer, un journaliste lauréat du prix Pulitzer, affirme avoir découvert de nouvelles informations « surprenantes, voire choquantes » sur le héros du baseball.

Les cheveux de Beethoven, par Russell Martin (Bantam). L'histoire d'une mèche de cheveux coupée de la tête du compositeur mourant puis transmise à une famille allemande. Il apparaît un jour au Danemark occupé par les nazis, puis s'engage sur une route vers de nouvelles aventures, des reliquaires européens aux poches de Che Guevara.

One Drop of Blood: The American Misadventure of Race, par Scott L. Malcolmson (FSG, oct.). Auteur d'un livre antérieur sur les liens ténus entre l'Europe de l'Est et l'Asie centrale (Empire's Edge), Malcolmson entreprend de décrire les visions pionnières de la race des pères fondateurs américains et notre histoire troublée d'essayer de vivre jusqu'à l'idéal d'une véritable égalité.

Hitler : 1937-1945, par Ian Kershaw (Norton, novembre). Le point culminant et proche du magnum opus de Kershaw sur l'Allemagne nazie, dans lequel l'ambition sans fin du Führer le pousse à tenter de gérer la guerre à lui seul alors même que le pays sombre dans la ruine.

Telecosm: Comment la bande passante infinie révolutionnera notre monde, par George Gilder (gratuit). L'ère de l'ordinateur est révolue, déclare le techno-gourou Gilder. De l'invention du laser à la naissance de l'optique sans fibre, il raconte l'histoire d'entrepreneurs geeks qui vont changer notre monde aussi sûrement qu'Edison et Gates l'ont fait.

LA TOILE. Du Bois : La lutte pour l'égalité et le siècle américain, par David Levering Lewis (Holt, oct.). Le volume de conclusion à l'étude de Lewis sur l'une des grandes figures de l'histoire afro-américaine. Book World a qualifié le premier volume de cette biographie de « exploit éblouissant d'érudition ».

Relations familiales

Les familles sont devenues une fiction depuis que Médée a porté un couteau à sa propre progéniture. Les versions américaines des difficultés familiales de cette année sont peut-être plus douces que le drame d'Euripide, mais elles ne sont pas moins remplies de tensions domestiques. Write Letter to Billy, de Toby Olson (Coffeehouse, oct.), est l'histoire de Billy, un spécialiste de la réparation sous-marine à la retraite de la Marine qui s'interroge sur une liste de choses à faire que son père a écrite juste avant de mourir ; « Ecrire une lettre à Billy » était le premier élément, et la recherche pour savoir ce que cette lettre aurait dit modifie la vie de Billy. Dans So Far Back, de Pam Durban (Picador, oct.), une vieille fille de Charleston trouve un journal intime qui révèle l'histoire d'une esclave du XIXe siècle dont les secrets jettent un nouvel éclairage sur sa famille patricienne. The Hatbox Baby, de Carrie Brown (Algonquine), est l'histoire d'un bébé livré dans une boîte à chapeau à l'Exposition universelle de Chicago de 1933 et de ce qu'il devient dans ce milieu marginal. Fisher King de Paule Marshall (Scribner, oct.) décrit la vie d'un pianiste de jazz noir qui fuit l'Amérique pour Paris puis, des décennies plus tard, est suivi chez lui par un enfant de 8 ans.

David Baldacci, auteur de The Simple Truth, The Winner et Total Control, surprend ses lecteurs cet automne avec un roman familial, Wish You Well (Warner, oct.), dans lequel une tragédie envoie deux jeunes enfants vivre avec leur grand-mère dans le hardscrabble. Virginie des années 40. A Good House, de Bonnie Burnard (Holt), la lauréate du Prix Giller du Canada, suit la famille Chambers de l'Ontario à travers un demi-siècle de bonnes et de mauvaises fortunes. Dans Rhode Island Blues, de Fay Weldon (Atlantique, nov.), une femme se rend au Rhode Island pour installer sa grand-mère dans une maison de retraite et retrouve toute une famille qu'elle ignorait avoir. De même, dans Acts of God, de Mary Morris (Picador), une femme rentre chez elle pour une réunion et entre dans un drame sombre qui révèle beaucoup de choses sur son passé. Le dernier samouraï, d'Helen DeWitt (Talk), a une tournure originale : une mère célibataire luttant pour élever son prodige de 6 ans, regarde le film de Kurosawa avec lui, ne se doutant jamais que le garçon prendra l'intrigue à cœur et procédera à tester le courage de sept hommes dans une quête pour retrouver son vrai père.

The Family Orchard, de Nomi Eve (Knopf), est un premier roman se déroulant à Jérusalem qui couvre 200 ans d'histoire familiale. Le poids de toutes choses, de Sandra Benitez (Hyperion, février), est basé sur l'histoire vraie d'un garçon à la recherche de sa mère, qui a été vue pour la dernière fois effondrée au sol, blessée par balle sur une place déchirée par la guerre Le Salvador.

Tomber amoureux

Trois nouveaux rebondissements sur la vieille histoire : The Red Thread, de Nicholas Jose (Chronicle), se déroule dans le Shanghai contemporain et réunit un jeune évaluateur d'art chinois et un artiste australien maudit. Shopgirl, de Steve Martin (Hyperion, oct.), met également en scène une artiste : la belle Mirabelle, qui vend des gants pour gagner sa vie jusqu'à ce qu'elle tombe sous le charme de Ray, un homme d'affaires riche et mélancolique. Crooked River Burning, de Mark Winegardner (Harcourt, janvier), a deux amants qui tombent amoureux l'un de l'autre dans les années 1950 à Cleveland, sous le regard d'Eliot Ness et de Carl Stokes.

Seulement en Amérique

Voici une poignée de livres qui promettent d'imaginer ce pays, même s'ils racontent des histoires. Winter Range, de Claire Davis (Picador), se déroule dans la petite ville du Montana et se concentre sur un homme têtu au passé troublé. Sweet Hearts, de Melanie Rae Thon (Houghton, janvier), se déroule également dans la nature sauvage du Montana, mais raconte l'histoire d'un frère et d'une sœur amérindiens, pris dans un réseau de violence. Une indignation américaine, par G.K. Wuori (Algonquin, oct.), se déroule à Quillifarkeag, Maine, où un homme enferme sa femme dans son coffre à outils pendant trois jours et ainsi, ironiquement, la libère vraiment. Boone's Lick, de Larry McMurtry (Simon & Schuster, nov.) – son premier roman d'une nouvelle série – suit les traces de Mary Margaret, qui cherche à retrouver son mari afin qu'elle puisse lui dire qu'elle le quitte pour son frère.

Dans What Remains, de Nicholas Delbanco (Warner, nov.), une famille juive allemande arrive en Amérique à la veille de la Seconde Guerre mondiale, et le fils lutte pour s'intégrer. Désobéissance, de Jane Hamilton (Doubleday, oct.), est l'histoire d'un garçon de Chicago qui tombe par hasard sur le courrier électronique de sa mère et apprend qu'elle a une liaison avec quelqu'un de bien plus intéressant pour lui que son père.

Four Blondes, de Candace Bushnell (Warner), traite des rituels d'accouplement des riches Manhattanites. Loving Pedro Infante, de Denise Chavez (FSG, janv.), parle d'essayer de trouver l'amour après un divorce à Cabritoville, N.M.

La vie là-bas

Les histoires dans des endroits lointains ont un moyen d'accomplir deux choses à la fois. L'île au sucre, d'Ivonne Lamazares (Houghton), parle d'une adolescente effrontée dans une société sans cœur, mais aussi de Cuba à l'époque révolutionnaire. The Moon Pearl, de Ruthanne Lum McCunn (Beacon), raconte l'histoire de trois jeunes filles qui luttent pour trouver leur indépendance et se déroule dans la Chine du XIXe siècle. The Bridegroom, de Ha Jin (Panthéon, octobre), est un recueil d'histoires de l'auteur de Waiting ; les caractères chinois y sont attirés par l'Occident et opprimés dans leur propre pays.

Fordlandia, d'Eduardo Sguiglia (Saint-Martin), raconte l'histoire d'une ville artificielle en Amazonie créée par Henry Ford, un avide de caoutchouc. Dans Pagan Babies, d'Elmore Leonard (Delacorte), un homme revient de la porte de la mort au Rwanda à Detroit et à l'amour, et trouve des rires et des magouilles en cours de route. The Business (S&S, novembre) de Iain Banks promet d'être une aventure satirique de la Silicon Valley à l'Écosse avec une société dont les origines sont antérieures à l'église chrétienne.

Là-bas

Dans cette catégorie, il semble que tout se passe. The Man Who Ate the 747, de Ben Sherwood (Bantam), raconte l'histoire d'un homme du Nebraska qui mange un avion morceau par morceau pour montrer à la fille de ses rêves à quel point il l'adore (voir critique à la p. 14). Mall, d'Eric Bogosian (S&S, nov.), rassemble un meurtrier, un fétichiste des sous-vêtements, un adolescent acide, une femme au foyer affamée de sexe et un immigrant haïtien pour une nuit violente dans une Mecque des marchandises de banlieue. Dans Sellevision, d'Augusten Burroughs (Griffin), une chaîne de vente à domicile est bouleversée alors qu'un désastre frappe chacun de ses hôtes ridiculement beaux.

Dans et hors de la conscience

En voici deux pour se dégourdir l'esprit. Dans How the Dead Live, de Will Self (Grove), une Américaine vieillissante se moque du monde alors qu'elle est en train de mourir dans un hôpital de Londres ; dans le coin, un aborigène australien l'attend pour traverser le fleuve Styx. The Beast God Forgot to Invent, de Jim Harrison (Atlantique, octobre), est une collection de nouvelles sur les hommes, les ours et la pente glissante de la raison.

Affaires littéraires

De l'auteur acclamé de A Book of Memories vient l'amour, de Peter Nadas (FSG, novembre), l'histoire d'un moment hallucinatoire entre un homme et une femme au cours duquel leur amour se défait. Solitaire of Love, de l'écrivaine latino-américaine Cristina Peri Rossi (Duke), retrace le cours d'une relation qui sombre dans le dégoût de soi et la destruction. Longing, de J.D. Landis (Harcourt), est l'histoire des figures les plus romantiques de l'époque romantique, le compositeur Robert Schumann et sa femme Clara.

Jayber Crow, de Wendell Berry (Contrepoint), se déroule dans la petite ville de Port William, Ky. (comme le sont de nombreux livres et histoires de Berry) et raconte l'amour non partagé d'un homme pour une femme mariée. Martin Bauman, de David Leavitt (Houghton), voit son héros tomber amoureux encore et encore alors qu'il lutte pour être publié et sortir du placard. Dans Map of Love, d'Ahdaf Soueif (Ancre), une veuve quitte l'Angleterre en 1901 et se rend au Caire, où elle tombe amoureuse d'un Égyptien ; un siècle plus tard, la descendante américaine de cette union retourne en Égypte pour trouver son propre amour.

La condition humaine

Pat Barker's Border Crossing (FSG, février) présente un pédopsychiatre qui sauve un homme de la noyade – seulement pour découvrir qu'il est le meurtrier qu'il a envoyé en prison. Ne le dites à personne, de Frederick Busch (Norton, octobre), est un recueil d'histoires sur la fragilité des liens familiaux. All Souls (New Directions, nov.) est l'un des romans les plus connus du romancier espagnol Javier Marias ; dedans, un Espagnol pique des brochettes à Oxford. Dans The Diagnosis, d'Alan Lightman (Panthéon), un homme se rendant au travail découvre soudainement qu'il ne peut plus se rappeler où il va, ni même qui il est.

Chocs futurs

Un Ami de la Terre, par T.C. Boyle (Viking), se déroule en 2025; le réchauffement climatique est là, la biosphère s'est effondrée et un écoterroriste apprend que la femme qu'il croyait morte est revenue sous une autre forme. Dans Killing, de Caleb Carr (Random House), la veuve d'un magicien des effets spéciaux assassiné remet à un criminologue un disque d'argent qui révèle la vérité sur la façon dont un président américain a été assassiné.

Fiction historique se déroulant en Amérique

Le roman le plus attendu dans cette catégorie est certainement The Golden Age (Doubleday) de Gore Vidal, l'histoire de Caroline Sanford, une actrice hollywoodienne devenue éditrice de journaux à Washington D.C. à l'époque de Roosevelt et Truman. Martha Peake, de Patrick McGrath (Random House, oct.), tourne autour de la vie d'une femme qui devient une martyre de la Révolution américaine. La guerre civile est la toile de fond de Shadows of Glory, d'Owen Parry (Morrow), qui suit un jeune homme en route vers une petite ville de New York pour aider à maîtriser un soulèvement irlandais imminent. Dans Slaves of Obsession, d'Anne Perry (Ballantine, oct.), la guerre civile vient de commencer, et un enquêteur et son épouse sont envoyés en Amérique pour résoudre un meurtre rituel, deux disparitions et le vol de la cache entière d'un marchand d'armes de Londres. . Nowhere Else on Earth, de Josephine Humphreys (Viking), se déroule également pendant la guerre civile, mais s'éloigne du conflit pour raconter l'histoire d'une jeune femme amoureuse d'un hors-la-loi très séduisant. Dans le premier roman de Heidi Julavits, The Mineral Palace (Putnam), la femme d'un médecin aux prises avec des problèmes conjugaux pendant la Grande Dépression révèle le passé sordide d'une ville minière du Colorado.

Fiction historique se déroulant en Grande-Bretagne

Dans Selon Queeney, de Beryl Bainbridge (Carroll & Graf, novembre), les derniers jours de Samuel Johnson sont vus à travers les yeux de la fille de sa bienfaitrice. Morgan's Run, de l'auteur de The Thorn Birds, Colleen McCullough (S&S), suit la vie de Richard Morgan, un criminel condamné mais instruit, qui part de l'Angleterre du XVIIIe siècle pour se redéfinir en Australie. Temptation, de Jude Deveraux (Pocket, oct.), fait appeler une jeune militante des droits des femmes au domicile de son beau-père à Édimbourg, où il l'implique dans un projet des plus antiféministes.

Fiction historique dans le monde

De l'auteur de All Souls Rising, Madison Smartt Bell, vient Master of the Crossroads (Panthéon, oct.), un roman sur Haïti et son héros militaire Toussaint L'Ouverture. Here's to You, Jesusa (FSG, février) est d'Elena Poniatowska, l'auteur mexicaine de plus de 40 œuvres ; la Jesusa de cette histoire sert de servante jusqu'à ce que le destin fasse d'elle un soldat de la Révolution mexicaine. Honorable Company, par Allan Mallinson (bantam, novembre), est la deuxième partie de l'histoire du capitaine Matthew Hervey, qui est envoyé en mission secrète dans une province reculée de l'Inde dans les jours périlleux avant le Raj. The Hippopotamus Marsh, de Pauline Gedge (Soho, oct.), nous ramène aux Hyksos - des étrangers d'Asie Mineure qui ont régné sur l'Égypte pendant 200 ans - et à un prince rebelle qui décide de les renverser.

Thrillers : la Chine dans nos têtes

Comme pour prouver que des empires communistes colossaux peuvent encore nous donner des frissons dans le dos, voici L'ours et le dragon, de Tom Clancy (Putnam), dans lequel Jack Ryan bute sur un plan vraiment audacieux imaginé par de terribles méchants à Pékin. À Hong Kong, par Stephen Coonts (St. Martin's), la femme de l'amiral Jake Grafton est kidnappée dans ce centre commercial animé et, pour la retrouver, l'amiral doit se frayer un chemin à travers une méchante conspiration qui menace des millions de vies.

Contre vents et marées

Ne trompez pas avec Mère Nature pourrait bien être la leçon la mieux enseignée par ces deux prochains livres : The Last Precinct, de Patricia Cornwell (Putnam, novembre), a Kay Scarpetta enquêtant sur la mort d'un colon de Jamestown il y a 400 ans, et elle doit entreprendre une fouille effrayante pour obtenir des résultats. Shock, de Robin Cook (Putnam, décembre), envoie deux étudiants diplômés en sciences dans une dangereuse chasse pour découvrir ce qu'il est advenu des ovules qu'ils ont donnés à une clinique de fertilité.

Aigles Juridiques

Pour certains, la simple perspective d'une salle d'audience est assez terrifiante. The First Counsel, de Brad Meltzer (Warner, janv.), parle d'un jeune avocat de la Maison Blanche qui se sent un peu trop à l'aise avec la fille d'un président et se retrouve mêlé à un complot odieux. Dans Le jury, de Steve Martini (Putnam, janvier), Paul Madriani s'engage à défendre un brillant scientifique du génome, mais soupçonne qu'il pourrait être un tueur.

Méchants odieux

Oh cher. Il y en a tellement qui se cachent dans la librairie ! Roses Are Red de James Patterson (Little, Brown, nov.) en revendique un horrible, un vicieux tueur-voleur de banque qui se fait appeler The Mastermind. Speaking in Tongues, de Jeffery Deaver (S&S, décembre), a un méchant formé à Harvard, qui promet de se venger 'aux proportions bibliques'. Dans The Prometheus Deception, de Robert Ludlum (St. Martin's, oct.), un espion secret se retire du Directoire américain pour découvrir que les tentacules du Directoire lui tendent la main. Dr. Death, de Jonathan Kellerman ( Random House, décembre), a quelqu'un assassinant les tueurs-di-tutti-killers – un Dr Jack Kevorkian à peine fictif.

Deux pour la route

Je mets un point d'honneur à regarder par-dessus les épaules des gens dans les avions, et je les trouve souvent au cœur des histoires de Dick Francis et W.E.B. Griffon. Note des voyageurs : Shattered, par Francis (Putnam, oct.), implique un jockey mort, une cassette vidéo volée et un souffleur de verre avec un four brûlant mortel. Special Ops, de Griffin (Putnam, janvier), nous emmène de Cuba au Congo et vice-versa, avec une histoire qui demande Qui a vraiment tué Che Guevara ? Et qui était si désespéré de le garder en vie ?

Mystères

Une récolte exceptionnelle. Right As Rain, de George P. Pelecanos (Little Brown, février), se déroule ici même dans le District, avec le racisme et le capitalisme en toile de fond. Les leçons de conduite, d'Ed McBain (Carroll & Graf), commencent lorsqu'une fille de 16 ans tue un piéton – ou est-ce le professeur de conduite qui l'a vraiment fait ? Money, Money, Money, un autre roman d'Ed McBain (S&S, janvier), retrace les liens entre un corps mutilé et un stratagème de contrefaçon. Dans Diamond Dogs, d'Alan Watt (Little, Brown), un quart-arrière du lycée commet un crime terrible et son père, le shérif local, le couvre. A Place of Execution, de Val McDermid (St. Martin's), se déroule en Angleterre, où une fille de 13 ans disparaît et un inspecteur doit résoudre son meurtre sans aucun indice du cadavre.

Last Puzzle & Testament, de Parnell Hall (Bantam), emmène une grand-mère au visage doux dans la folie de sa vie. The Spirit Woman, de Margaret Coel (Berkley), implique des historiens en voie de disparition et une jeune femme Shoshone nommée Sacajawea. Flashfire, de Richard Stark (Mystérieux, novembre), transporte le lecteur d'une explosion dans une ville du Midwest au flash de Palm Beach, où un vol de bijoux massif est en cours.

Legacy of the Dead, de Charles Todd (Bantam, oct.), demande à l'inspecteur Rutledge de découvrir si une femme devenue veuve de sa propre main est maintenant elle-même une meurtrière. Dans Will You Still Love Me Tomorrow ?, d'Ed Gorman (Carroll & Graf, janvier), une belle blonde suit une jeune avocate dans l'Iowa dans les années 1950, et elle a plus que la romance en tête. To Ruin a Queen, de Fiona Buckley (Scribner, décembre), est un polar élisabéthain, situé dans un château humide à la frontière entre l'Angleterre et le Pays de Galles. Situé dans Darkness, de Ian Rankin (St. Martin's, novembre), commence lorsqu'un corps mort depuis longtemps est découvert dans une cheminée d'Édimbourg, un sans-abri se jette d'un pont et un politicien prometteur est retrouvé assassiné.

Science-fiction et fantastique

Des univers imaginaires pour le voyageur en fauteuil : The Telling, d'Ursula K. Le Guin (Harcourt), envoie Sutty, un Observateur de la Terre, à la recherche d'un monde en proie à un gouvernement terrible et inhumain. Merrick, d'Anne Rice (Knopf, oct.), raconte l'histoire d'une belle sorcière de la Nouvelle-Orléans qui reçoit la visite d'un vampire et qui est rapidement embarquée dans une histoire qui se déroule dans les jungles du Guatemala. Dune: House Harkonnen, de Brian Herbert et Kevin J. Anderson (Bantam, oct.), est le deuxième volume d'une trilogie de préquelles qui mène au très célèbre Dune de Frank Herbert.

X-Calibre, de Mark Parker (Carroll & Graf), raconte l'histoire d'un apprenti sorcier qui tente vaillamment de maîtriser son métier dans la Grande-Bretagne arthurienne. Dans A Storm of Swords, de George R.R. Martin (Bantam, oct.), le héros s'efforce de défendre son royaume contre les méchants Greyjoys, qui ont pour mission de conquérir le monde.

Les noms de marques

Et puis, bien sûr, il y a les livres dont les auteurs leur assureront une place dans les listes des best-sellers du simple fait de leur nom. Cet automne, vous verrez notamment : The Rescue, de Nicholas Sparks (Warner), à propos d'un pompier brûlant d'amour. Journey, de Danielle Steel (Delacorte, oct.), sur une présentatrice de Washington, D.C. et son mari, président du réseau. The Sky Is Falling, de Sidney Sheldon (Morrow), à propos d'une autre présentatrice de Washington, D.C. avec un terrible secret.

Dans Bad Boy, d'Olivia Goldsmith (Dutton, janvier), toutes les filles sont amoureuses d'un briseur de cœur vêtu de cuir. The Songcatcher, de Sharyn McCrumb (Dutton, janvier), retrace la recherche d'une chanson folklorique transmise par une famille depuis des générations. Home for the Holidays, de Johanna Lindsey (Morrow, novembre), raconte l'histoire d'une jeune femme confrontée à une tragédie à Noël, mais qui est sauvée par un prétendant fringant. Et, enfin, L.A. Justice, de Christopher Darden et Dick Lochte (Warner, janv.), a O.J. L'ancien procureur de Simpson raconte une histoire sur les ploutocrates d'Angeleno qui continuent d'essayer de s'en tirer avec un meurtre.

La liste des documentaires

Cette liste commence par le pronom vertical -- le I sans cesse observé -- car les mémoires ne manqueront pas dans les mois à venir et aucun signe que les lecteurs se lassent de leur publication. Il est difficile de déterminer exactement quand la romance américaine avec ce genre a commencé, mais elle a connu un grand pas dans les années 1980 et a suivi le rythme depuis. Les classiques contemporains, bien sûr, sont faciles à énumérer et profondément mémorables. Parmi eux : Growing Up de Russell Baker et Woman Warrior de Maxine Hong Kingston. Espérons ne serait-ce qu'une lueur de cette puissance de bougie dans la suite.

Mémoires

Histoires américaines

The Coalwood Way, d'Homer Hickam (Delacorte, oct.), est l'histoire d'une enfance en Virginie-Occidentale racontée par un ancien ingénieur de la NASA qui nous a donné un précédent mémoire, Rocket Boys. The Blood Runs Like a River Through My Dreams de Nasdijj (Houghton, oct.) raconte la vie dans la réserve Navajo et les difficultés d'élever un fils adoptif né avec le syndrome d'alcoolisme foetal. Black Prisoner of War, de James A. Daly et Lee Bergman (Univ. of Kansas, oct.), est le récit d'un jeune soldat noir retenu captif par le Viet Cong. An American Story (Panthéon) de Debra J. Dickerson raconte la vie d'une fille de métayer qui s'est enrôlée dans l'Air Force, est allée à Harvard et est devenue une commentatrice réputée sur la race.

Aujourd'hui, je suis un garçon de David Hays (S&S, octobre) décrit la bar-mitsvah d'un décorateur de Broadway à l'âge de 66 ans et le ravivement de son amour pour l'apprentissage. An American Family, de George F. Kennan (Norton, oct.), est l'histoire de sa famille, d'un érudit nonagénaire, de l'Écosse à la campagne de la Nouvelle-Angleterre. A Life in the Twentieth Century, d'Arthur M. Schlesinger Jr. (Houghton, novembre), est la chronique d'un historien renommé de sa formidable carrière d'intellectuel public.

Voici quatre réminiscences distinctement différentes de carrières dans l'industrie du divertissement : Ghost Light, de Frank Rich (Random House, oct.), dans lequel le chroniqueur et critique du New York Times se souvient d'une enfance égayée par la romance de Broadway ; Journey, de Marsha Mason (S&S, oct.), dans lequel la comédienne de cinéma et de théâtre raconte sa route de Saint-Louis à New York et son mariage et son divorce avec le dramaturge Neil Simon ; My Father's Daughter de Tina Sinatra (S&S, oct.), qui n'a guère besoin d'une description, sauf pour dire qu'elle offre un souvenir affectueux d'une icône ; et Angel on My Shoulder, de Natalie Cole (Warner, nov.), dans lequel La Cole raconte une vie dans la drogue, les faillites et les cures de désintoxication.

Vit dans la littérature

Dream Catcher, de Margaret A. Salinger (Washington Square), décrit ce que c'est que d'être la fille du célèbre et solitaire J.D. Salinger. Finding Celia's Place, de Celia Morris (Texas A&M Univ., octobre), décrit un mariage exaltant mais misérable avec le rédacteur en chef de Harper Willie Morris. I'd Hate Myself in the Morning de Ring Lardner Jr. (Thunder's Mouth, novembre) parle de grandir dans l'ombre de son père écrivain au succès immense, puis de poursuivre une carrière éclectique en tant que romancier, scénariste, militant politique et ex-détenu. On Writing (Scribner, oct.) est le récit de Stephen King sur sa fascination pour le métier dans son enfance, ainsi que sur son adolescence et ses premières années en tant qu'auteur en difficulté. A Fly in the Soup, de Charles Simic (Univ. of Michigan, nov.), raconte la maturité du poète, de sa naissance en Yougoslavie d'avant-guerre à la publication de ses premiers vers en 1959.

Rivages lointains

Pinochet and Me, de Marc Cooper (Verso, nov.), raconte le passage de l'auteur en tant que traducteur du président Allende avant le coup d'État de 1973 et son retour au Chili 25 ans plus tard. Motiba's Tattoos, de Mira Kamdar (Public Affairs), est le voyage d'une petite-fille américaine dans le petit village indien du passé de sa famille.

fougueux moi

Dans Looking for a Fight, Lynn Snowden Picket (Dial, nov.), journaliste et auteur de Nine Lives, monte sur le ring pour soulager les agressions, mais découvre que la boxe lui donne une force spirituelle qu'elle n'aurait jamais imaginée. Natural Blonde, de Liz Smith (Hyperion), raconte l'ascension de la chroniqueuse de fille rurale du Texas à chien de célébrité primé aux Emmy Awards. No One's Perfect, de Hirotade Ototake (Kodansha), raconte l'histoire d'un garçon né sans bras ni jambes mais avec une puissante attitude de ne jamais dire de mourir qui a fait de lui un phénomène de jeunesse au Japon. Shutterbabe, de Deborah Copaken Kogan (Villard, oct.), est l'histoire d'un photojournaliste couvrant les champs de bataille du monde et tombant sur l'amour.

Biographies

Américains célèbres

Citizen Greenspan, de Justin Martin (Persée, novembre), promet d'être le premier compte rendu complet de la vie et des réalisations de ce président de la Fed extrêmement influent – ​​et énigmatique. Robert Kennedy (S & S) est d'Evan Thomas, chef du bureau de Newsweek à Washington, et il prétend être un aperçu complet du côté humain de Bobby, basé sur la correspondance familiale. Alexander Hamilton, de Willard Sterne Randall (Holt, nov.), est un nouveau portrait du fils illégitime d'un marchand écossais qui a jeté les bases du monde financier tel que nous le connaissons.

FDR : The War President, de Kenneth S. Davis (Random House, novembre), est le dernier volume d'un quatuor de livres décrivant ce colosse des présidents modernes. À la fois poème et essai biographique, Elegy on the Death of Cesar Chavez est de Rudolfo Anaya (Cinco Puntos, oct.), auteur de la chanson lyrique Bless Me, Ultima. Tip O'Neill and the Democratic Century, de John A. Farrell (Little, Brown, March), racontera l'histoire du grand président de la Chambre d'après-guerre et l'un des politiciens les plus importants de l'histoire démocrate récente. America's Queen, de Sarah Bradford (Viking, novembre), retrace la vie de Jacqueline Kennedy Onassis, de « débutante de l'année » à une vie de complications.

Chiffres du monde

Dans The Spencers, de Charles Spencer (St. Martin's, sept.), le neuvième comte se charge de décrire l'ascension de cette famille des éleveurs de moutons gallois aux rangs de la princesse Diana. On trouvera plus d'histoire britannique dans The Knox Brothers (Counterpoint, oct.), dans lequel la romancière Penelope Fitzgerald raconte l'histoire de son père – le rédacteur en chef de Punch – et de ses trois frères excentriques.

Lénine, de Robert Service (Harvard, oct.), promet d'être une biographie complète et intime du révolutionnaire russe. Greek Fire: The Story of Maria Callas and Aristotle Onassis, de Nicholas Gage (Knopf, oct.), est l'histoire de la romance mouvementée entre le chanteur d'opéra et le magnat du transport maritime. King David : The Man Who Ruled Israel, de Jonathan Kirsch (Ballantine, sept.), est une nouvelle interprétation biblique de l'auteur qui nous a donné La prostituée au bord de la route. Ho Chi Minh (Hyperion) de William J. Duiker retrace les rebelles Ho depuis la pauvreté et les premiers « jours sauvages » aux États-Unis jusqu'à la réunification de son pays sous le régime communiste. Hirohito and the Making of Modern Japan, d'Herbert P. Bix (HarperCollins), décrit la personnalité de l'empereur japonais (il était son propre homme) et relate la gravité de ses crimes de guerre.

Vies littéraires

Bellow, de James Atlas (Random House, oct.), est une vie géante du grand romancier américain. Updike, de William H. Pritchard (Steerforth), promet de donner un aperçu de ce styliste en prose et de son œuvre volumineuse. Oscar Wilde, de Barbara Belford (Random House, oct.), traite de l'écrivain piquant et de sa vie personnelle flamboyante. Rimbaud, de Graham Robb (Norton, oct.), raconte les aventures picaresques du poète en tant que mercenaire, explorateur, trafiquant d'armes et scandaleux.

Mary Wollstonecraft, de Janet Todd (Columbia Univ.), décrit la grand-mère bisexuelle, promiscuité, mais profondément morale du féminisme moderne du XVIIIe siècle. Doris Lessing, de Carole Klein (Carroll & Graf, oct.), est basé sur des interviews exclusives et promet des informations précieuses sur l'auteur de The Golden Notebook. Marguerite Duras, de Laure Adler (Univ. de Chicago, novembre), raconte la fascinante Duras, son enfance en Indochine, sa liaison avec un collaborateur nazi et sa vie sans vergogne et controversée.

John Ruskin de John Batchelor (Carroll & Graf, nov.) nous parvient à l'occasion du centenaire de la mort du grand prosificateur victorien. La biographie la plus curieuse de tout cet automne est peut-être L'homme qui était Dorian Gray, de Jerusha Hull McCormack (St. Martin's, novembre), l'histoire du vrai homme dans la photo d'Oscar Wilde.

Histoire

La traite des esclaves

Dans The Atlantic Sound, Caryl Phillips (Knopf, oct.) compare ses propres expériences de visite à Liverpool, au Ghana et en Caroline du Sud avec les négriers qui se sont déplacés le long de cette route transatlantique au cours des XVIIIe et XIXe siècles. Le navire négrier Fredensborg, de Leif Svalesen (Indiana Univ.), est un compte rendu détaillé d'un navire négrier en activité, dont l'épave a été découverte au large des côtes norvégiennes en 1974.

où es-tu maintenant vignes

Amérique

Juste au moment où nous pensions que nous nous attaquions à l'élection d'un nouveau président, arrive Great Presidential Wit, de Bob Dole (Scribner, janvier), dans lequel le sénateur pince-sans-rire enregistre toutes sortes de plaisanteries et de comédies (prévues) de nos directeurs généraux. La présidence américaine, par G.H. Bennett (Sutton) explique pourquoi le bureau n'est plus aussi puissant qu'avant.

A Grand Delusion: America's Descent Into Vietnam, de Robert Mann (Basic, nov.), est une histoire politique de notre progression des guerriers de la guerre froide aux jungles du Vietnam. Vietnam and Other American Fantasies, de H. Bruce Franklin (Univ. of Mass, oct.), est une histoire culturelle qui place la guerre comme un tournant américain déterminant. Notre Vietnam : une histoire, par A.J. Langguth (S&S, novembre), est le récit de la guerre du chef du bureau de Saigon du New York Times, basé sur des documents officiels récemment disponibles.

On trouvera sûrement une nouvelle perspective sur la salle de guerre dans Bananas: An American History, de Virginia Scott Jenkins (Smithsonian), dans lequel nous apprenons comment la banane était autrefois commercialisée comme une arme contre le communisme.

Grande-Bretagne

Dans Une histoire de la Grande-Bretagne : 3 500 av. à 1603 après JC, Simon Schama (Talk, oct.) nous donne la première partie de son épopée en deux volumes sur l'histoire britannique, programmée pour coïncider avec une série télévisée qui sera écrite et animée par lui. One Palestine, Complete (Metropolitan, nov.) est l'histoire panoramique de Tom Segev des Juifs et des Arabes sous le mandat britannique de 1917 à 1948. The London Monster, de Jan Bondeson (Univ. of Penn., Dec.), est l'histoire de un psychopathe du XVIIIe siècle qui a fait une virée de deux ans dans la capitale britannique, terrorisant la psyché de la ville pour les générations à venir.

Intelligence

Test of Courage: The Michael Thomas Story, de Christopher Robbins (Free Press, oct.), est le récit de l'une des figures les plus intéressantes de la Seconde Guerre mondiale - un combattant de la résistance, un survivant de l'Holocauste, un libérateur de Dachau et un chasseur de nazis. Dans Private Capacity (Public Affairs, janv.), Renata Adler met en lumière les ultra-secrètes Conférences Bilderberg, un réseau élaboré de dirigeants de nombreux pays et disciplines qui, depuis 1954, dirigent le monde. Communazis, d'Alexander Stephan (Yale, oct.), raconte la surveillance par le FBI de milliers d'artistes et d'intellectuels qui ont fui l'Allemagne dans les années 1930 pour être accueillis ici par des écoutes téléphoniques et des espions.

Affaires étrangères

Dans Le Parrain du Kremlin, de Paul Klebnikov (Harcourt), la carrière de Boris Berezovsky en tant qu'homme d'affaires le plus riche de Russie est scrutée, tout comme le capitalisme rampant du régime de Boris Eltsine. En parlant de cela, Eltsine lui-même défend ses années tumultueuses au pouvoir avec Midnight Diaries (Public Affairs, oct.), un traité mi-mémoire, mi-politique. La Russie post-soviétique est une autre vision de l'ère Eltsine par Roy Medvedev (Columbia Univ., novembre), historien et conseiller de Gorbatchev et Eltsine.

Dans The Chinese (Free Press, janvier), le correspondant du Guardian à Pékin, Jasper Becker, dresse un portrait des groupes, des cultures et des individus choisis qui composent cette nation de 1,25 milliard. Same Bed, Different Dreams (Univ. of Calif., Jan) est le point de vue du professeur de Johns Hopkins, David Lampton, sur la décennie précédente dans les relations américano-chinoises.

Politique et enjeux

Commies, de Ronald Radosh (Rencontre, novembre), parle de grandir dans la culture du radicalisme américain. Le journaliste d'investigation du New York Times Kurt Eichenwald nous raconte The Informant (Broadway), l'histoire d'un complot mondial impliquant un cadre supérieur d'Archer Daniels Midland, l'une des sociétés les plus puissantes des États-Unis.

Last Man Standing, de Jack Olsen (Doubleday), parle de la lutte de 27 ans pour libérer Geronimo Pratt, un vétérinaire de Purple Heart, Black Panther, premier ennemi sur la liste de Hoover et prisonnier politique très controversé. Author Unknown, de Don Foster (Holt, oct.), est un compte rendu de l'analyste de l'écriture qui a aidé à exposer Joe Klein en tant qu'auteur de Primary Colors et a identifié Ted Kaczynski comme l'Unabomber.

The Ten Things You Can't Say in America, de Larry Elder (St. Martin's), fait dire à l'animateur de radio et de télévision qu'il n'y a pas de crise des soins de santé, que les Noirs sont plus racistes que les Blancs, et sept autres similaires non-non. Shots in the Dark, de William J. Vizzard (Rowman & Littlefield, oct.), est une exploration de la politique et de la politique qui entourent la question du contrôle des armes à feu. Arming America, de Michael Bellesiles (Knopf), décrit la longue histoire de l'histoire d'amour de l'Amérique avec le pistolet. Smoke and Mirrors, de Stephanie Urso Spina (Rowman & Littlefield, oct.), est un recueil d'écrits sur la violence dans nos écoles et nos villes. Dans Six Nightmares, l'ancien conseiller à la sécurité nationale Anthony Lake (Little Brown, oct.) nous met en garde contre six scénarios qui menacent la sécurité de l'Amérique et comment notre gouvernement s'en sortira s'ils se réalisent.

POTUS Speaks, de Michael Waldman (S&S, octobre), est écrit par le rédacteur en chef du discours du président Clinton de 1992 à 1999 et promet de nous donner une vue d'ensemble. Alors que l'on parle de bully-pulpit meisters, il y a aussi Do I Stand Alone ?, de Jesse Ventura (Pocket), dans lequel le guv va au tapis avec la machine politique américaine.

Affaires et économie

L'argent, l'argent, l'argent. Comprenez-le et vous irez loin pour comprendre l'histoire. Dans The Power of Gold, Peter L. Bernstein (Wiley, oct.) raconte l'histoire d'une obsession mondiale, de Midas à John Maynard Keynes. Boom, de Bob Woodward (S&S, novembre), est la suite du célèbre journaliste d'investigation à The Agenda et une description de la façon dont notre état actuel de bien-être économique est arrivé. En tant que chasseur, il y a The Virtue of Prosperity de Dinesh D'Souza (Gratuit, novembre), dans lequel l'auteur d'Illiberal Education propose une évaluation de ce que signifie la richesse dans cette nouvelle ère d'abondance.

When Genius Failed, de Roger Lowenstein (Random House), est l'histoire de la montée et de la chute de Long-Term Capital Management, l'énorme fonds spéculatif qui a été renfloué par la Fed au coût faramineux de 3,6 milliards de dollars. The Fortune Tellers, de Howard Kurtz (Free Press), promet d'être un regard intérieur sur Wall Street et les gens qui déplacent l'argent et risquent des fortunes. Tales From the Boom-Boom Room, de Susan Antilla (Bloomberg, janvier), raconte les scandales d'inconduite sexuelle qui ont secoué Wall Street.

The Race to the Bottom, d'Alan Tonelson (Westview, oct.), voit d'un mauvais œil les succès du marché libre, affirmant que le commerce incontrôlé fait baisser le niveau de vie des Américains. L'esprit du PDG, de Jeffrey E. Garten (Westview, novembre), est une tentative d'approfondir la réflexion - sur la stratégie, la responsabilité et l'avenir - des chefs d'entreprise du monde entier. Elizabeth I, PDG d'Alan Axelrod (Prentice Hall) expose les leçons de gestion que nous pourrions tirer du bâtisseur d'empire par excellence.

La technologie

Voici un duo pour transformer notre notion de e-vie sur son oreille. Dans Le Talmud et Internet, Jonathan Rosen (FSG) dresse un tableau des similitudes entre une page du Talmud et la page d'accueil d'un site Web -- les deux doivent aborder des questions d'intimité et d'immensité. How to Hack a Party Line, de Sara Miles (FSG, janvier), explore la relation croissante entre les millionnaires de la Silicon Valley et les dirigeants du parti démocrate.

Les militaires

Le fabricant de bombes de Saddam, de Khidihir Hamza avec Jeff Stein (Scribner, novembre), prétend être « l'histoire de l'intérieur » des armes nucléaires et biologiques irakiennes ; Hamza est un transfuge du programme d'armement clandestin de Saddam et Stein est un ancien officier du renseignement de l'armée américaine. Dans Trouble Spots: World Atlas of Strategic Information, A. Duncan et M. Opatowski (Sutton, novembre) identifient les zones où nous sommes susceptibles de voir les plus grandes turbulences.

Ships and Aircraft of the U.S. Fleet, de Norman Polmar (Naval Institute, novembre), est un catalogue richement illustré des actifs de la Marine. La « menace juive » de Joseph W. Bendersky (Basic, novembre) est une étude sur l'antisémitisme dans l'armée américaine au cours du siècle dernier.

Marcher en arrière dans le temps est une procession d'histoires de combat : To Hanoi and Back, par Wayne Thompson (Smithsonian, nov.), décrit l'US Air Force de 1966 à 1973. Allies and Adversaries, par Mark A. Stoler (Univ. of NC , novembre), enquête sur le rôle des chefs d'état-major interarmées pendant la Seconde Guerre mondiale. L'USAAF : 1926-45, par Martin Bowman (Sutton, oct.), décrit les débuts de la puissance aérienne américaine, des avions d'avant la Dépression au B-29 au-dessus du Japon. The Civil War Chronicle, de J. Matthew Gallman (Crown, novembre), est un journal quotidien du conflit raconté par des gens ordinaires. A Place Called Appomattox de William Marvel (Univ. of N.C., oct.) est une histoire de la guerre civile racontée à travers les événements qui se sont déroulés sur les lieux de la capitulation de la Confédération.

Science

Survie

Parfois, rester en vie est un exploit majeur. Waging the War: Dr. Judah Falkman and the Conquest of Cancer, de Robert Cooke (Random House), est l'histoire du combat d'un scientifique contre la maladie. Life at the Extremes, de Frances Ashcroft (Université de Californie, octobre), est une exploration de ce qui arrive au corps humain lorsqu'il est poussé à ses limites. Ce prochain doit être le « Rocky I » de toutes les histoires de survie : Promiscuity, de Tim Birkhead (Harvard, oct.), qui offre une histoire de la compétition entre les spermatozoïdes et ce que « gagner » ce jeu a signifié pour l'évolution.

Java Man, par Roger Lewin, Garniss Curtis et Carl Swisher (Scribner, novembre), est un récit de la façon dont deux géologues ont changé la pensée sur l'histoire humaine avec leurs découvertes sur l'île de Java. Parlez de tout traverser ! Dans Laughter, de Robert R. Provine (Viking, oct.), on nous donne une enquête scientifique complète sur l'un de nos comportements les plus intrigants.

Nombres

D'où viennent les mathématiques, de George Lakoff et Rafael Nunez (Basic, novembre), tente de lancer une « science cognitive des mathématiques », dans laquelle la pensée humaine est liée à notre capacité à manipuler les nombres. Newton's Gift, de David Berlinski (gratuit, oct.), revisite la révolution intellectuelle opérée par le grand mathématicien. L'atome de Boltzmann, de David Lindley (Free, janv.), parle du génie oublié qui a expliqué le premier la plus petite unité de matière.

Pour ceux qui s'intéressent à la « science alternative », il y a le flétrissement Did Adam and Eve Have Navels ?, de Martin Gardner (Norton, oct.), dans lequel le sceptique brandit une longue lance de logique contre la numérologie, la théorie des rêves, les expériences paranormales et d'autres « fraudes de notre temps ».

Religion et spiritualité

Pour tous les coups que l'Église catholique a subis ces derniers temps, il existe des antidotes : I Like Being Catholic, de Michael Leach et Therese Borchard (Doubleday), dans lequel les auteurs décrivent la valeur d'une éducation catholique et l'impact culturel positif de l'éducation catholique. l'histoire. Dans Do Not Go Gentle, Ann Hood (Picador, novembre) célèbre ses racines catholiques, voyageant d'El Santuario de Chimayo au village italien où son arrière-grand-mère est née. Destiné à la liberté, de Jaroslaw Kupczak (Catholic Univ., nov.), revient sur la philosophie du pape Jean-Paul II, en remontant aux premières étapes de sa carrière pour montrer les cohérences de sa pensée. Le Cardinal Ratzinger de John Allen (Continuum, novembre) est un compte rendu des controverses qui ont secoué l'Église à travers l'histoire d'un homme qui se tient souvent au centre.

L'épée de Constantine (Houghton, janvier) est une histoire de la haine de l'Église envers les Juifs, par le lauréat du National Book Award et catholique James Carroll. Jewish Baltimore, de Gilbert Sandler (Johns Hopkins), examine la communauté juive florissante de la ville des années 1850 à nos jours. A Letter in the Scroll (Free Press, nov.) sont les ruminations du grand rabbin de Grande-Bretagne Jonathan Sacks - écrites à l'origine pour ses enfants - sur ce que signifie être juif aujourd'hui.

Dans Un petit guide pour une vie heureuse (Random House, octobre), la chroniqueuse Anna Quindlen réfléchit à ce que signifie vivre une vie spirituellement satisfaisante. Lives of Moral Leadership, de Robert Coles (Random House, octobre), est une série d'histoires sur l'influence morale de diverses personnalités sur ce psychologue primé de Harvard. Voici encore un autre livre du Dalaï Lama : A Simple Path (Thorsons), dans lequel Sa Sainteté nous exhorte à embrasser la compassion. Le dernier mais non le moindre de cette catégorie est God's Name in Vain, de Stephen L. Carter (Basic, oct.), dans lequel l'auteur de Culture of Disbelief définit « les torts et les droits » de faire entrer la religion dans la politique.

Voyage et aventure

La lecture peut vous mettre dans un endroit dangereux. C'est certainement le cas pour To the Elephant Graveyard, de Tarquin Hall (Atlantic), dans lequel un jeune journaliste entraîne le lecteur dans une quête audacieuse d'éléphants tueurs en Inde. Une oie à Toulouse (Hyperion, oct.) est l'enquête du correspondant étranger chevronné Mort Rosenblum sur la lourde tâche de ramasser une fourchette en France. Dans The Island of Lost Maps, Miles Harvey (Random House, sept.) raconte le vol de dizaines de précieuses cartes vieilles de plusieurs siècles provenant de bibliothèques vénérées.

L'Arc de Kerguelen, de Jean-Paul Kauffmann (4 murs 8 fenêtres, nov.), raconte une voûte en pierre dans les îles françaises isolées de Kerguelen et son emprise sur l'imagination des navigateurs à travers l'histoire. A Trip to the Beach, de Melinda et Robert Blanchard (Clarkson Potter, oct.), est l'histoire d'un couple qui s'est enfui à Anguilla, a ouvert un restaurant et a réalisé un rêve. Eccentric Islands, de Bill Holm (Milkweed, oct.), pose la question : y a-t-il quelque chose dans l'idée d'une île qui encourage le génie ?

Lune de miel à Purdah, d'Alison Wearing (Picador, nov.), est une série de sketchs rassemblés par une jeune journaliste occidentale voyageant seule en Iran. Il existe une longue tradition de voyages de femmes occidentales au Moyen-Orient, à savoir : Gertrude Bell : The Arabian Diaries, éd. de Rosemary O'Brien (Syracuse Univ., nov.), dans lequel les propres écrits de Bell nous entraînent dans un voyage imprudent, externe et interne.

De peur que vous ne pensiez que les hivers de Washington sont froids, en voici deux pour vous remercier : The Ice Master, de Jennifer Niven (Hyperion, nov.), raconte l'expédition de 1913 dans l'Arctique, au cours de laquelle le bon navire Karluk a été emporté l'équipage a entrepris une randonnée de 700 milles pour survivre. Ice Bound, de Jerri Nielsen (Talk Miramax, janvier), est l'histoire d'un médecin sur la survie au pôle Sud ; bloquée dans une station de recherche, Nielsen a diagnostiqué et traité son propre cancer du sein.

Musique

Populaire

Gary Giddins, qui a remporté en 1998 le National Book Critics Circle Award pour Visions of Jazz, propose aujourd'hui la première biographie complète de l'une des plus grandes figures de la culture pop américaine : Bing Crosby (Little Brown, nov.). Dans Double Trouble (Holt), le critique culturel Greil Marcus explore la parenté entre Bill Clinton et Elvis Presley. Women Who Rock, de Gerri Hirshey (Atlantique, oct.), est une histoire de femmes dans la musique pop et rock, de Bessie Smith à Lil' Kim. The Beatles: An Anthology, par les Beatles (Chronique, 5 octobre), promet d'être un dévoilement majeur de lettres, de photographies et de souvenirs des gars de Liverpool.

Classique et Jazz

Dans L'effet Mozart pour les enfants, Don Campbell (Morrow) fait valoir que les enfants qui écoutent de la musique classique (en particulier celle de Mozart) augmenteront leurs capacités mentales. Schumann, d'Eric Frederick Jensen (Oxford, janvier), incorpore les journaux et lettres récemment publiés de Schumann pour rassembler l'histoire de l'un des grands romantiques. Puccini, de Michele Girardi (Univ. de Chicago), se penche sur la vie du compositeur coloré de 'La Bohème'. Beethoven de Barry Cooper (Oxford, oct.) promet d'être une reconsidération massive du maître. Kind of Blue, d'Ashley Kahn (Da Capo), est l'histoire de la réalisation du chef-d'œuvre de Miles Davis.

De l'art

Pour ceux qui aspirent à voir l'art même dans le banal, il y a How to Use Your Eyes, de James Elkins (Routledge, novembre), dans lequel l'auteur invite le lecteur à regarder autour de lui avec le « zèle d'un détective ». C'est sûrement ce que Léonard de Vinci a fait, et la preuve se trouve dans Léonard de Vinci : les peintures complètes, de Pietro Marani (Abrams, novembre), où l'œuvre du maître de la Renaissance est richement exposée. Michelangelo : La Chapelle Sixtine, de Stefano Zuffi (Rizzoli), est le premier d'une série destinée à plaire aux jeunes yeux, et comprend des reproductions de la taille d'une affiche qui permettent aux enfants de sentir qu'ils sautent dans une œuvre. Vincent Van Gogh, de Francesca Castria (Rizzoli), est un autre volume de cette série. Dans Van Gogh et Gauguin, de Debora Silverman (FSG, nov.), on nous parle des profonds conflits religieux et moraux qui tourmentaient les peintres alors qu'ils vivaient et travaillaient ensemble en Provence.

Art Is Work, de Milton Glaser (Elephant's Eye, janvier), est une rétrospective majeure à travers laquelle le célèbre gourou du design soutient que le travail des artistes est souvent dégradé par le commerce. The Ephemeral Museum de Francis Haskell (Yale, octobre) traite de l'importance des expositions d'art pour notre culture. Et dans Boundaries, de Maya Lin (S&S, oct.), l'architecte qui, à 21 ans, nous a offert le Vietnam War Memorial, raconte l'histoire de sa carrière.

La photographie

Crossing Over, de Stephen Jay Gould et Rosamond W. Purcell (Three Rivers, novembre), traite de l'endroit dans l'esprit humain où le visuel et le verbal se rencontrent ; le scientifique Gould et le photographe Purcell associent essai et image. Dans Photos qui ont changé le monde, éd. de Peter Stepan (Prestel, oct.), nous rappellent des images célèbres qui véhiculent toute une histoire, comme celle d'un soldat est-allemand sautant le mur de Berlin. Une autre vue d'ensemble est proposée dans Photographs by Snowdon, éd. par Drusilla Befus et al. (Abrams, nov.), dans lequel l'objectif anglais livre ses clichés.

Les célébrations visuelles de l'Amérique ne manquent pas. Le très attendu King : The Photobiography, de Charles Johnson et Bob Adelman (Viking, novembre), est un recueil d'images illustrant la vie et l'époque du révérend. Mon Mississippi, par Willie Morris ; photos de David Rae Morris (Univ. de Miss., novembre), est le dernier livre de Morris -- un hymne à sa maison, illustré par son fils photographe. La Maison Blanche, de Betty Monkman et Bruce White (Abbeville), est l'œuvre du conservateur de la plus historique des maisons américaines et montre comment chaque présidence a touché le décor d'une manière ou d'une autre. Une invitation à la Maison Blanche, d'Hillary Rodham Clinton (S & S, nov.), qui donne au lecteur une chance d'en avoir pour son argent, propose au lecteur une visite similaire, mais du point de vue de l'hôtesse de la capitale. Americana, de Kristin Capp (Abbeville, octobre), est une collection de 80 photographies de l'Amérique populaire, réalisée par la jeune photographe dont le livre précédent, Hutterite, a été salué. Les images du début du 20e siècle de Frances Benjamin Johnston dans The Woman Behind the Lens, de Bettina Berch (Univ. of Va.), ont toujours un sens de l'immédiateté.

En Toscane, de Frances Mayes (Broadway, oct.), est un essai photographique de l'auteur de Under the Tuscan Sun. La lumière et la couleur sont aussi les sujets des Paysages de Monet, de Vivian Russell (Bullfinch, nov.), dans lequel un éventail enregistre la vue exacte sous l'angle exact des lieux qui ont inspiré le grand artiste.

Film

Se lassera-t-on jamais des scandales d'Hollywood ? Pas tant qu'il y a des livres comme The Girls, de Diana McLellan (L.A. Weekly, oct.), dans lesquels l'ancien 'Ear on Washington' raconte des histoires sur Marlene Dietrich, Tallulah Bankhead, Greta Garbo et Mercedes de Acosta. A Silent Siren Song, d'Al P. Nelson et Mel R. Jones (Cooper Square, novembre), parle des deux frères du Wisconsin Harry et Roy Aitken, qui ont été les pionniers du système de studio d'Hollywood et ont dirigé les stars de l'âge d'or. Dans Mae West, de Jill Watts (Oxford, janvier), l'auteur place la bombe sexuelle dans la culture afro-américaine, suggérant qu'elle a peut-être fait allusion à sa propre ascendance mixte. Dans Slaves on Screen, de Natalie Zemon Davis (Harvard), l'auteur aborde carrément le traitement hollywoodien de l'histoire afro-américaine, montrant comment les images sont passées de « Spartacus » à « Bien-aimé ».

Mode de vie

Comment grouper autrement les préoccupations diverses et diverses de l'animal humain sinon sous la grande tente du « lifestyle » ? Certains de ces livres promettent d'être beaucoup moins vagues que le terme. L'héritage inattendu du divorce, par Judith Wallerstein, et. Al. (Hyperion), est une étude longitudinale de 131 enfants issus de divorces, suivis pendant 25 ans. Dans Not to People Like Us, Susan Weitzman (Basic) enquête sur la violence domestique, dans les familles « haut de gamme », de femmes bien éduquées.

Fast Food Nation, d'Eric Schlosser (Houghton, janvier), est l'histoire de l'énorme impact que l'industrie de la restauration rapide a eu sur la santé, le paysage, la politique, la culture et l'économie. Dans Fat, Robert Pool (Oxford, janvier) suggère qu'en Amérique l'obésité a atteint des proportions épidémiques.

Dans Obsessed by Dress, Tobi Tobias (Beacon, oct.) examine la préoccupation du monde pour la mode à travers des citations de Platon à Chanel. Aching for Beauty, de Wang Ping (Univ. of Minn., oct.), est la préoccupation de la mode poussée à l'extrême : la tradition millénaire du bandage des pieds en Chine.

Tell Me About It, de Carolyn Hax (Talk, janv.), est le conseil du phat chroniqueur sur 59 choses à ne pas faire lorsque vous cherchez l'amour. Spilling Open, de Sabrina Ward Harrison (Villard), est un journal d'artiste de 23 ans sur les difficultés d'entrer dans le monde adulte contemporain.

Ce n'est pas facile d'être un enfant. Dans The Secret Life of Teens, les éditeurs G. Patnaik et M. Shinseki (HarperSF) rassemblent les voix des jeunes sur des questions allant de l'éducation au divorce. Dans The Sex Lives of Teenagers, de Lynn Ponton (Dutton), un médecin explique comment les parents devraient aborder ce sujet des plus tabous. Pas de livre pour les parents ici : Dr. Ruth's Guide to College Life, de la célèbre sexothérapeute Ruth Westheimer (Madison), s'adresse directement aux étudiants. Si tous ces dilemmes sociaux vous rendent nerveux, il y a toujours Cinquante acres et un caniche, de Jeanne Marie Laskas (Bantam, oct.), pour tous ceux qui aimeraient tout lâcher et déménager à la campagne.

Des sports

Ballon professionnel

Nous, les Américains, pouvons devenir carrément spirituels à propos des jeux, comme le prouve le quart-arrière des St. Louis Rams Kurt Warner dans All Things Possible (HarperSF), qui raconte sa foi et comment elle l'a conduit d'une épicerie de l'Iowa à la victoire au Super Bowl. The Final Season, de Bill Parcells (Morrow, oct.), est le récit de ses derniers moments tumultueux en tant qu'entraîneur des Jets de New York. Never Die Easy (Villard) est le récit de l'ancien porteur de ballon de la NFL Walter Payton avant sa mort prématurée d'un cancer du foie l'année dernière. Dans La vie que vous imaginez (Crown), l'arrêt-court des Yankees Derek Jeter donne à ses jeunes fans un plan en 10 points pour « la réalisation ultime ».

Bal du Collège

The Crimson Tide, de Winston Groom (Univ. of Ala.), est une histoire illustrée du sport à l'Université de l'Alabama sous Bear Bryant et al. Beer and Circus, de Murray Sperber (Holt), est un examen rigoureux de la façon dont les sports universitaires de grande envergure entravent l'éducation de premier cycle. Dans Le jeu de la vie, James Shulman et William Bowen (Princeton, janvier) traitent du même sujet, mais gardent espoir que l'éducation et le sport puissent coexister.

Contre nature

Dans Longue distance, l'écrivain nature Bill McKibben (S&S, décembre) raconte comment, malgré son manque de prouesses athlétiques, il s'est entraîné pour devenir un skieur de classe mondiale. The Last River (Crown) de Todd Balf raconte la tentative d'une équipe de kayak de traverser une gorge dangereuse au Tibet.

Animaux domestiques

Fusionnant médecines vétérinaires et alternatives, Kindred Spirits d'Allen Schoen (Broadway, décembre) affirme qu'un lien avec un animal peut améliorer votre santé. De peur que vous ne pensiez que cela pourrait impliquer un cobra, l'auteur est représenté avec un chien. Ce qui nous amène à : La difficulté d'être un chien, de Roger Grenier (Univ. de Chicago, déc.), dans lequel on rencontre des cabots de Freud, FDR et André Gide. La vérité sur les chiens, de Stephen Budiansky (Viking, octobre), se veut une enquête sur l'ascendance et les habitudes morales de l'espèce.

Essais

Cela semble être l'année de l'essai. La preuve en est dans le sondage : The Best American Essays of the Century, éd. par le moteur de mots Joyce Carol Oates (Houghton); Talk Stories, par Jamaica Kincaid (FSG, janv.); Hooking Up, par l'homme au complet Tom Wolfe (FSG, oct.); Feasting the Heart (Scribner, oct.), par l'auteur de Kate Vaiden, Reynolds Price; Karmic Traces, du célèbre traducteur Eliot Weinberger (New Directions, novembre) ; Le plaisir de découvrir des choses, par le physicien lauréat du prix Nobel Richard Feynman (Persée) ; Législation non reconnue, par le pudique Christopher Hitchens (Verso, déc.); Ralph Nader Reader (Seven Stories, oct.), du candidat infatigable ; Réflexions d'un modéré radical, par l'ancien procureur général de Nixon, Elliot Richardson (Westview); et Howard Zinn on History (Seven Stories, novembre), par l'historien radical qui a affirmé que nous « ne pouvons pas être neutres sur un train en marche ».

Études littéraires

Qu'est-ce qui fait d'une œuvre un classique et d'un écrivain un maître ? C'est une question d'interminables conférences intellectuelles. Richard West remonte à 600 ans pour comprendre Chaucer (Carroll & Graf) ; W.H. Auden nous donne Lectures on Shakespeare (Princeton, janv.) ; l'incomparable Wilde se révèle dans The Complete Letters of Oscar Wilde (Holt, nov.) ; le poète John Ashbery parle de ses six auteurs préférés dans Other Traditions (Harvard, oct.) ; Les conférences perdues de Jorge Luis Borges se trouvent dans The Craft of Verse (Harvard); et le chercheur de Columbia David Damrosch prend toute la question des conférences à part dans Meetings of the Mind (Princeton).

La liste de poésie

La poésie est ici à l'honneur, comme finale -- comme son et lumière. Si nous avons appris quelque chose de quatre ans de Poet's Choice, notre chronique dirigée d'abord par Robert Hass et maintenant par Rita Dove, c'est que nos lecteurs sont des fans de poésie. Le choix de la saison : Sélection de poèmes et prose de Paul Celan (Norton, novembre), par l'un des plus grands poètes européens d'après-guerre ; Ancestors, de Kamau Brathwaite (New Directions, février), qui célèbre une ascendance afro-caribéenne ; The Ratcatcher, de Marina Tsvetaeva (Northwestern, janv.), la version russe à la langue dorée du joueur de flûte ; Unlock, de Bei Dao (New Directions), qui est en exil aux États-Unis depuis le massacre de Tiananmen ; Your Name Here, de John Ashbery (FSG, oct.), sa 20e collection ; Open All Night, du silex Charles Bukowski (Black Sparrow) ; Family Gathering presque romanesque de Fred Chappell (La. State Univ., nov.); et The Leaf and the Cloud, de Mary Oliver (Da Capo), un poème de la longueur d'un livre en sept parties.

Marie Arana est la rédactrice en chef de Book World.