Madeleine LeBeau, actrice française qui a chanté 'La Marseillaise' dans 'Casablanca', est décédée à 92 ans

Madeleine LeBeau, une actrice française qui a fui l'Europe occupée par les nazis pour Hollywood, où elle a tiré le meilleur parti d'un petit rôle de la petite amie méprisée de Rick Blaine de Humphrey Bogart à Casablanca, est décédée le 1er mai à Estepona, en Espagne. Elle a été largement signalée à 92 ans.

La cause en était les complications d'une fracture de l'os de la cuisse, a déclaré son beau-fils, réalisateur de documentaires et alpiniste Carlo Alberto Pinelli, au Hollywood Reporter.

Mme LeBeau (parfois créditée comme Lebeau) était le dernier acteur crédité survivant de Casablanca (1942), que l'American Film Institute classe comme le deuxième plus grand film de tous les temps. Citizen Kane est n°1, selon le groupe de préservation des films.



Casablanca était conçu comme une propagande de guerre, mais c'était aussi une marmite fascinante de romance et d'intrigue qui a remporté les Oscars du meilleur film, réalisateur et scénario. Les stars étaient Bogart, en Américain cynique qui tient un saloon au Maroc, et Ingrid Bergman en vieille flamme parisienne qui revient et attise sa passion d'avant-guerre.

Le reste du film était bourré d'acteurs de premier ordredu monde entier, dont l'époux de Mme LeBeau, Marcel Dalio, dans le rôle d'Emil le croupier. Dans l'une des scènes les plus indélébiles du film, il remet les gains au policier corrompu Louis Renault (joué par Claude Rains) qui est choqué, choqué pour trouver des jeux d'argent sur place.

Pour Mme LeBeau, Casablanca a été la performance phare de sa carrière. Elle a joué Yvonne, la amant rejeté de Rick, le las du monde de Bogart.

Où étiez-vous hier soir ? demande Yvonne.

Rick : C'était il y a si longtemps, je ne m'en souviens pas.

Yvonne : Je te verrai ce soir ?

Rick : Je ne fais jamais de plans aussi loin à l'avance.

Négligée par Rick, Yvonne ivre sort avec un soldat allemand. Elle retrouve sa boussole morale à la discothèque en entendant chanter les clients La Marseillaise pour tenter d'étouffer une chanson patriotique allemande. Ses gros plans sont larmoyants et provocants.

Mme LeBeau a déclaré qu'elle espérait que Casablanca la propulserait vers une grande demande à Hollywood. Il n'a pas.

Elle a dit à Charlotte Chandler, une biographe de Bergman, ce n'était pas que j'étais coupée, c'était parce qu'ils n'arrêtaient pas de changer le script et, à chaque fois qu'ils le changeaient, j'avais moins de rôle. Ce n'était pas personnel, mais j'étais tellement déçu.

Plus tard, elle a joué une actrice française capricieuse dans le film oscarisé 8½ (1963) du cinéaste Federico Fellini, que son deuxième mari a co-écrit.

Marie Madeleine Berthe LeBeau est née près de Paris au début des années 1920 — les dates fluctuent entre 1921 et 1923. Adolescente, elle décroche un petit rôle dans une pièce de théâtre avec Dalio, son aîné d'environ 20 ans et frappé par sa beauté. Ils se sont rapidement mariés et Mme LeBeau a fait ses débuts à l'écran dans un drame de 1939, Young Girls in Trouble.

L'année suivante, ils quittèrent Paris quelques heures avant l'invasion de l'armée allemande ; L'image de Dalio avait été utilisée dans des affiches nazies pour identifier des éléments d'apparence juive. Ils se sont rendus à Lisbonne et, utilisant ce qui s'est avéré être de faux visas chiliens, ont réservé un passage sur un cargo portugais, le Quanza, qui emmenait plus de 300 réfugiés vers l'ouest.

De nombreux passagers n'ont pas été autorisés à débarquer à New York ou au prochain port d'escale, Veracruz, au Mexique. Cependant, Dalio et Mme LeBeau ont obtenu des visas canadiens temporaires au Mexique et se sont rendus en Californie. (Les passagers restants ont reçu des visas par l'intermédiaire du département d'État américain après que le navire s'est arrêté plus tard pour du charbon à Norfolk, en Virginie.)

Dalio, qui a joué des rôles de premier plan dans les chefs-d'œuvre du cinéaste Jean Renoir, Grande Illusion (1937) et Les règles du jeu (1939), a aidé à trouver du travail pour le couple à Hollywood.

Mme LeBeau a remporté un contrat chez Warner Bros. et a joué des rôles mineurs dans Hold Back the Dawn (1941), un drame mettant en vedette Charles Boyer et Olivia de Havilland, et Gentleman Jim (1942) avec Errol Flynn dans le rôle du champion de boxe James J. Corbett .

Le mariage de Mme LeBeau avec Dalio s'est désintégré lors de la création de Casablanca - il a déposé une plainte, réclamant la désertion - et le studio a rapidement résilié son contrat. En tant qu'indépendante, elle a obtenu des rôles de soutien dans le drame underground français Paris After Dark (1943) et Music for Millions (1944), une comédie musicale avec Margaret O'Brien et Jimmy Durante.

Après la guerre, Mme LeBeau est retournée en Europe. Passant en revue sa performance en tant que chanteuse dans Cage of Gold, un drame anglais de 1950 mettant en vedette Jean Simmons, un critique du New York Times a écrit que Mme LeBeau semblait indécise entre imiter Edith Piaf ou prendre la Bastille.

Elle a eu un rôle principal rare dans Les péchés de Madeleine (1951), sur une prostituée qui utilise la ruse de la grossesse pour mettre fin aux relations avec les hommes, seulement pour découvrir qu'un de ses clients est ravi à l'idée d'être père.

Sa carrière cinématographique s'est terminée à la fin des années 1960 et elle est restée à Rome après avoir tourné 8½ . En 1988, elle épouse le scénariste italien Tullio Pinelli. Il est décédé en 2009. La liste complète des survivants n'était pas disponible dans l'immédiat.

Lire la suite Nécrologie du Washington Post