Une liste de livres d'été pas comme les autres: Michael Dirda choisit 11 joyaux cachés

L'un des plaisirs des vacances d'été est de choisir les bons livres à emporter lors de la visite annuelle à la plage. J'insiste sur ce mot livres parce que seuls les téméraires emporteraient un appareil électronique n'importe où près du sable, de l'eau, d'une chaleur intense et - comme on l'apprend par expérience - des enfants prédestinés à renverser leur soda là où il fera le plus de dégâts. Il vaut mieux choisir l'un des titres récents suivants en livre de poche ou à couverture rigide.

« Le grand livre de la science-fiction » par Jeff VanderMeer et Ann Vandermeer (Vintage)

Le grand livre de la science-fiction , édité par Ann et Jeff VanderMeer (Vintage). Quelle est la taille ? Dans ce cas, nous parlons de près de 1 200 pages à double colonne, de dizaines de courts classiques représentatifs de la science-fiction et de travaux nouvellement traduits du monde entier. Il y a aussi des surprises : Saviez-vous que W.E.B. Du Bois a écrit sf? Ce n'est qu'une indication que les VanderMeers espèrent établir un canon de science-fiction plus diversifié sur le plan culturel. Pourtant, il y a beaucoup de vieux favoris ici, certains des miens étant The Liberation of Earth de William Tenn, J.G. The Voices of Time de Ballard, The Game of Rat and Dragon de Cordwainer Smith et When It Changed de Joanna Russ.

quel âge a jackie collins

[ Avons-nous besoin d'un autre livre sur Sherlock Holmes ? ]



'The Art of Fiction' de James Salter (Univ. de Virginie)

L'art de la fiction , par James Salter (Université de Virginie). C'est un livre élancé, mais quiconque vénère le travail de James Salter – une association qui comprend John Irving, Richard Ford, George Saunders et John Casey – voudra le lire et le garder à portée de main. Ici, l'un des grands prosateurs de notre époque réfléchit à l'écriture, aux auteurs préférés (Isaac Babel, Nabokov, Bellow) et au lien entre la vie et la fiction. Salter termine par son épigraphe à son dernier roman, Tout cela est : Il arrive un moment où vous vous rendez compte que tout est un rêve, et que seules les choses conservées par écrit ont une possibilité d'être réelles.

'Classic Penguin : Cover to Cover' par Paul Buckley (Penguin)

Pingouin classique : d'un bout à l'autre , édité par Paul Buckley (Pingouin). Dans les années 1930, Penguin Classics mettait l'accent sur des couvertures typographiques simples. Plus tard, les concepteurs de l'entreprise ont commencé à inclure des morceaux d'art, souvent un détail de certains tableaux de maîtres anciens. Mais au cours des douze dernières années environ, cet éditeur pionnier a fait exploser toutes les notions de ce à quoi devrait ressembler un livre de poche. Cet album reproduit des dizaines de couvertures récentes, ainsi que de brefs commentaires des illustrateurs et des écrivains associés aux différents classiques. Vous pouvez lire, étudier ou simplement ooh et aah sur ces pages kaléidoscopiques.

Le puzzle de l'île Moai , par Alice Arisugawa (Locked Room International). Comme j'aime exceptionnellement les mystères des pièces fermées et les crimes impossibles, le meurtre sur une île éloignée et isolée est, comme on dit au Convention domestique de la malveillance , Juste ma tasse de thé. Dans les années 1980, Soji Shimada Les meurtres du zodiaque de Tokyo célèbre revigoré le mystère orthodoxe au Japon. Dans son introduction à The Moai Island Puzzle, Shimada fait l'éloge d'Arisugawa en tant que successeur légitime d'Ellery Queen, le maître des contes intelligents et complexes qui présentent correctement tous les indices et offrent un défi au lecteur.

Les joies du voyage , par Thomas Swick (Skyhorse). Les sept joies du voyage, selon Thomas Swick, sont l'anticipation, le mouvement, la rupture avec la routine, la nouveauté, la découverte, la connexion émotionnelle et l'appréciation accrue de la maison. Dans l'essai Anticipation, il explique comment préparer un voyage en lisant des livres, en regardant des films, en étudiant les journaux locaux, en apprenant un peu la langue. Ecrivain personnel et profondément engagé, Swick nous raconte également ses séjours à Varsovie et à Key West, le plaisir du chocolat Toblerone et son habitude d'acheter des CD dans les nombreux pays étrangers qu'il visite. Plus qu'une simple lecture pour l'aventurier en fauteuil, le livre de Swick incite à sortir de ce fauteuil et à voir le monde.

[ 37 livres que nous avons aimés jusqu'à présent cette année ]

comment écumer votre vie
'Un prêtre en 1835' par Jules Verne (BearManor)

Un prêtre en 1835 , de Jules Verne (BearManor). Les dévots de Jules Verne accueilleront cette première traduction anglaise de son premier roman, un thriller romantique chargé de mystères réalisé alors qu'il n'avait que 19 ans. Dans une introduction détaillée, les traducteurs Danièle Chatelain et George Slusser résument l'œuvre comme une transformation très originale de deux les modes fictifs populaires du XIXe siècle - la fiction gothique et de « ratiocination » de Poe. de choses. Ce volume, richement illustré, fait partie de la revue nord-américaine Série Palik de la Société Jules Verne , qui met à disposition en anglais des ouvrages jusqu'alors négligés.

Les énigmes de Peter Duluth , de Patrick Quentin (Crippen & Landru). Comme le montre l'excellente introduction de Curtis Evans, Patrick Quentin était le nom de plume utilisé par Richard Webb et Hugh Wheeler pour neuf mystères écrits entre 1932 et 1952, notamment le classique de 1938, Puzzle for Players. Plusieurs des derniers livres explorent le même territoire sombre et psychologiquement suspensif que Cornell Woolrich (dont les six romans noirs - le plus célèbre est La mariée portait du noir — ont été récemment réédités par Presse mille-pattes ). Après 1952, Wheeler a produit sept autres romans de Quentin, mais a ensuite changé de carrière avec succès : il a rapidement remporté un trio de Tony pour avoir scénarisé les comédies musicales A Little Night Music, Candide et Sweeney Todd. Les quatre histoires ici présentent le producteur Peter Duluth et sa femme actrice, Iris. Dans le puzzle presque loufoque de Poppy, le couple résout la tentative de meurtre d'un Saint-Bernard. Cette histoire et Death and the Rising Star présentent une brise distinctement des années 1940, qui rappelle quelque peu les films Thin Man, mais les deux nouvelles, Death Rides the Ski-Tow et Murder With Flowers, rappellent davantage, comme le note Evans, les thrillers d'Alfred Hitchcock. .

quel âge a le mur colter
« Les crimes audacieux du colonel Blood » de Robert Hutchinson (Pegasus)

Les crimes audacieux du colonel Blood , par Robert Hutchinson (Pégase). Thomas Blood, pour citer le sous-titre de cette biographie, était l'espion irlandais du XVIIe siècle qui a volé les joyaux de la couronne et est devenu l'agent secret du roi. Aventurier intrépide et intrépide, Blood a mené une de ces vies colorées que les gens qui lisent trop secrètement souhaitent pouvoir être la leur. En fait, ses exploits ont en partie inspiré deux des bretteurs préférés d'un de ces lecteurs hibou : Capitaine Blood de Rafael Sabatini et L'hilarant The Pyrates de George MacDonald Fraser. Si vous connaissez l'un de ces chefs-d'œuvre ou si vous aimez l'histoire pleine d'action, cette biographie devrait être dans votre sac de plage.

Bien que tous les titres que je viens de mentionner soient de bons livres, ils servent également de doux rappels pour regarder au-delà de la liste des best-sellers pour s'amuser au soleil. Par exemple, vous pourriez vous procurer l'auteur de DC Con Lehane Meurtre à la bibliothèque de la 42e rue (Minotaure), dans lequel le bibliothécaire Raymond Ambler enquête sur une fusillade brutale dans des salles normalement silencieuses et remplies de livres. Ensuite, il y a Earle Labor's La musique lointaine (De Golyer Library/Southern Methodist University), un mémoire captivant - par notre autorité principale sur Jack London - des années 1945 à 1950, l'ère de Bright Expectations.

« Six notes pour le prochain millénaire » par Italo Calvino (HMH)

Notamment, dans la nouvelle traduction de Geoffrey Brock de Six notes pour le prochain millénaire , (Houghton Mifflin Harcourt), le regretté Italo Calvino décrit cinq de ses vertus littéraires cardinales : légèreté, rapidité, exactitude, visibilité et multiplicité. Bonne lecture d'été !

qui est ambre en dansant avec les étoiles

Michael Dirda critique des livres les jeudis avec style.

Plus par Michael Dirda :

L'étrange histoire du roman policier le plus vendu du XIXe siècle

Critique : « Tout ce qui est expliqué est explicable »

Qu'est ce que cela te rappelle? Un recueil de métaphores peut aider.